•  

    D’abord, je me suis cru indifférent. Après tout, ce n’étaient que quelques objets. Puis j’ai réalisé qu’ils racontaient une longue histoire, que personne ne pourrait les utiliser et qu’ils allaient finir dans une benne à ordures. Je ne me sentais ni l’envie ni le courage de les remplacer.
    Quelques messages de sympathie m’ont convaincu de me ressaisir. Après les fêtes, j’ai entrepris de renouveler mon équipement. Pas à l’identique, c’était du haut de gamme… Le Keikogi est commandé. La ceinture est en cours de confection (ruban rouge, broderies…). Pour mon premier cours de 2018, je mettrai le vieux Keikogi et la vieille ceinture que j’ai précieusement conservés. Et j’ai rangé le tout dans ma vieille valise rouge. On n’est jamais trop conservateur.

     

    Les seules ententes internationales possibles sont des ententes gastronomiques. (Léon Daudet)

    Ils étaient tous là, prêts à s’investir aux cours d’une nouvelle année. Je leur ai dit que j’allais leur offrir un cours « détox » puisque ce mot nous est seriné à l’envie depuis le 2 janvier, chacun d’entre nous étant censé avoir commis plus d’excès que de raison en cette période de grande bouffe. L’idée d’un cours en père peinard ne sembla pas déplaire à mes élèves en fait peut-être pas trop pressés d’en découdre.

     

    Le bonheur c'est lorsque vos actes sont en accord avec vos paroles. (Indira Gandhi)

    Je propose donc en entrée un exercice basé sur les Te Hodoki. Première consigne : pas d’atémi. Seconde consigne ; les saisies s’enchaînent dans l’ordre traditionnel, celui qui est saisi se dégage puis saisit à son tour. Les 2 partenaires s’efforcent d’effectuer les échanges avec fluidité.


    Un premier essai n’est pas nécessairement convaincant, aucun ne résiste au réflexe d’un atémi sur Dosokute Dori. On est concentré sur les mains, on oublie les jambes ! La vidéo présente ces tâtonnements.  Après ce galop d’essai tout rentre dans l’ordre.

     

    Vouloir être de son temps, c’est déjà être dépassé. (Eugène Ionesco)

    Après avoir réussi un exercice comportant notamment la contrainte d’un ordre imposé, nous passons au Randori Te Hodoki. Il s’agit là encore d’une succession de saisies/dégagements qui seront effectués avec une recherche de fluidité à laquelle on ajoute une force d’abord modérée puis qui pourra s’amplifier au cours de l’exercice.


    Ce type d’exercice est à pratiquer à chaque cours, après l’échauffement. Il permet d’affiner les sensations notamment en ce qui concerne la mobilisation du bassin.

     

    La connaissance parle, mais la sagesse écoute. (Jimi Hendrix)

    Je fais un bref rappel des éléments qui caractérisent notre pratique :
    - la verticalité, elle se contrôle par une poussée vers l’avant des lombaires
    - la mobilisation du bassin, toutes les actions partent du bassin
    - le travail dans l’axe
    À partir de la position de garde, les mains sont dans un plan vertical. Si le bassin tourne vers l’extérieur, la main tourne en pronation. Si le bassin tourne vers l’intérieur, la main tourne en supination. Il faut sentir que c’est le bassin qui induit ces rotations plutôt qu’un acte volontaire. Les mains montrent la direction où se projette l’énergie, c’est une autre des spécificités de notre Art, Te no Michibiki, la main guide ou la main qui montre le chemin.
    Nous allons appliquer ces principes sur un exercice simple, déjà connu sur saisie Ryote Dori en distance Ma.


    Dans le premier temps de O Irimi, la main intérieure va tirer en appuyant sur la racine du pouce de Uke. La main extérieure va pousser dans l’alignement bras/épaule. Le corps de Uke est placé dans l’axe du corps de Tori. Dans le retour, la rotation du bassin intervertit le rôle des mains. Il faut maintenir Uke dans l’axe en conservant l’espacement entre les 2 mains. La rotation doit être complète pour obtenir le déséquilibre et la projection de Uke.
    Tout s’est construit dans la canalisation à l’entrée, d’où l’importance de la main qui tire. Une erreur courante chez les débutants et aussi chez des pratiquants expérimentés est de relâcher l’action d’une des 2 mains pour se concentrer sur l’autre, souvent celle qui pousse… Et Uke chute sans être déséquilibré. Et ça, c’est une grosse faute qui conforte son partenaire dans l’erreur.

     

    Marcher sur l'eau, éviter les péages, jamais souffrir, juste faire hennir les chevaux du plaisir. (Alain Bashung)

    Application de ces principes de base sur Tsuki Jodan. Tori entre en maintenant sa posture de garde, bras droit dans l’axe du bras de Uke et main dans le plan vertical, au contact du coude de Uke. Une rotation du bassin provoque une rotation de la main qui dévie le bras de Uke. L’exécution de O Irimi permet la canalisation de l’attaque de Uke.  La main de Tori glisse vers le poignet de Uke tandis que son bras enveloppe le bras de Uke en contrôlant son épaule. Une rotation complémentaire du bassin permet de poser le genou au sol et de projeter Uke.
    Si la canalisation est faible, l’épaule de Uke n’est pas contrôlée, il n’y a pas de déséquilibre.


    La politique est peut-être la seule profession pour laquelle nulle préparation n'est jugée nécessaire. (Robert Louis Stevenson)

    Cet exercice s’exprime au mieux au cours d’un Randori en cercle. Uke attaque en fonction du pied avant de Tori : pied droit en avant, Tsuki Jodan à droite. Quand Tori a fini son tour, il prend la place de celui qui a attaqué en premier qui passe au centre.


    La société de masse ne veut pas la culture mais les loisirs. (Hannah Arendt)

    À la fin du cours, les Keikogi sont humides et les fronts luisants. Après le salut, je dis qu’après avoir parlé d’un cours détox, tout le monde avait dû penser à un cours bien pépère. C’est alors que Stéphanie s’exclame : « Avec vous, Sensei, ce n’est jamais un cours pépère ! ». « Ah ! Non ! », confirme Mélanie. Je craignais de donner des cours pour 3ème âge, me voilà rassuré.

     

    Histoire d'un Hakama qui fut blanc 

    7e dan FIAB 2011
    2e dan FKSR 1986

    A.照り絵 / 七段 教士 

    mort-de-rire-copie-1.gif

    Oublie tes peines et pense à aimer

    あなたの悩みを忘れて、愛について考える 

    Anata no nayami o wasurete, ai ni tsuite kangaeru

    mort-de-rire

     

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique