• Temple 2008

     

    Le Temple sur Lot 2008 : une ambiance exceptionnelle

    Temple 2008

    Pendant la dernière semaine de juillet, le tatami de Lembrun accueillait, comme chaque année, une forte délégation hollandaise, un fidèle groupe tchèque, quelques Belges et, cette fois-ci, une belle « gagne » de Québécois. La semaine dernière, ce sont les Belges et les Ukrainiens qui étaient à l'honneur, trois jours de voyage à l'aller et autant au retour pour ces derniers... N'oublions surtout pas le représentant de l'Aïkibudo marocain présent également cette semaine. Et chez les Français, les Kodansha, quelques Yudansha et quelques Kyu... Une cinquantaine de stagiaires en tout.
    Évoquer le stage annuel au Temple sur Lot, c'est aussi réveiller des sensations, des images, des souvenirs accumulés depuis près de 30 ans. Sensations oubliées, sentiments assoupis, souvenirs occultés qui remontent parfois avec une surprenante clarté.

    Temple 2008

    Temple 2008

    C'était il y a 25 ans.

    Nous avions fait la connaissance de Sensei Sugino Yoshio l'année précédente. Je portais la moustache et j'avais les cheveux noirs. Mon ami Monmon et moi, nous étions déjà des experts en Kobudo et nous déclinions Ken Jutsu, Bo Jutsu et Naginata Jutsu avec aisance. En 1986, Sensei Sugino me délivra le 2ème dan.

    Temple 2008

    Cinq plus tard, j'ai rasé ma moustache et mes cheveux ont pris peu à peu une teinte grisâtre comme si une couverture de cendres venait occulter mes souvenirs, mes connaissances, mon savoir... J'ai cessé d'aller au Temple sur Lot. Plus tard, j'ai renoncé à mes stages annuels à Québec. Encore cinq ans et c'est dans ma propre région que je me suis senti étranger.
    Commença alors une retraite vouée à l'oubli. J'ai échangé les armes contre les outils de jardinage, la machette a remplacé le bokken, la faux la Naginata... Les Kata se sont perdus dans ma mémoire. Je ne trouvais plus ma place. Je m'habituais à la solitude.
    C'était sans compter avec les vrais amis. Ceux qui n'admettaient pas que je renonce à mon devoir de transmission, pour qui ma place était sur le tatami avec mes élèves ou aux côtés de mon Maître.
    Le premier signe est venu du Québec. Un appel d'un ami très cher qui s'étonnait de mon absence dans la Belle Province et s'inquiétait de la rumeur selon laquelle j'avais abandonné la pratique des Arts Martiaux. C'est ainsi que la jeune F.A.Q. me demanda d'animer l'Aïkibudofest 2005 et que se décida mon retour au Temple sur Lot où je devais rencontrer les organisateurs du « festival ».
    Ça faisait plus de 15 ans que je n'avais pas foulé le tatami de Lembrun. Comme je l'ai fait par la suite, en 2006 et en 2007, je me suis efforcé d'esquiver le cours de Katori Shinto Ryu. Tout souvenir de ces Kata, que j'avais pourtant enseignés des décennies auparavant, s'était effacé ! Je craignais le ridicule.
    Cette année, j'ai oublié d'emmener mon Bokken. Prétexte suffisant pour fuir les cours de Kobudo. Au grand étonnement de tous. Et de mon Maître et ami qui est enfin venu me demander de cesser de m'isoler et de me morfondre en silence.
    Xavier me prêta son Bokken préféré et de multiples amis pleins de bonne volonté, de toutes générations et de tous horizons, se sont succédés pour me remettre à niveau. Ravis de rendre une part de ce qu'ils ont reçu ou étonnés d'avoir le « vieux Maître » pour élève. Amusés de me demander de leur « accorder cette danse » ! Québécois, Belges, Tchèques, Hollandais, Français m'ont ainsi permis de renaître et de retrouver des sensations, des connaissances oubliées. Grâce à ces aimables compagnons, je suis revenu dedans, j'ai retrouvé le plaisir de pratiquer et de me perfectionner.
    Pourquoi vous raconter ça ? Qu'en avez-vous à faire de mes états d'âme et de mes pas de clerc ? Je ne savais pas comment vous décrire l'excellente ambiance, le climat très amical qui ont prévalu pendant cette trop courte semaine. Chacun était bien là, bien à sa place. Tous en pays de connaissance, ayant tissé durant ces quelques années de vrais liens d'amitié. Et comme m'a dit une jeune personne au caractère plutôt bien trempé : « Cette année, il n'y a pas de tête de con ! ». Je lui accorde le choix du vocabulaire et j'acquiesce à son affirmation : il n'y avait que des gens sympathiques sur ce tatami.
    Une preuve ? Le dernier cours s'achevait à 19 h. Et pourtant, à 20 h 30, les groupes bavardaient encore, échangeaient des idées ou des informations, trouvaient toutes sortes de prétextes pour rester sous l'auvent, devant la piscine, et partager quelques minutes de plus devant une bière...
    Et qui en a le plus profité ? Peut-être bien Mia, le petit lutin blond, la petite-fille de Maître Papé, qui s'est livrée à une incroyable opération de séduction du haut de ses 5 ans et demi et a monopolisé l'attention de tous les utilisateurs de la piscine. Le petit bout de chou introverti et craintif est reparti épanoui et sachant presque nager.

    Temple 2008

    Temple 2008
    Temple 2008
      Avec Frédérika - avec  le Maître - toute seule...

    Temple 2008

    Temple 2008
      Sieste au soleil - câlin avec « Maître Papé »

    Temple 2008

    Temple 2008
      La petite Coquine et le « gros Coco » - les deux blondes font la fête...

    Vous comprenez maintenant qu'il s'est passé quelque chose, cette année, au Temple sur Lot ? Bien sûr, il ne faut pas oublier la principale raison de ce rassemblement : se retrouver entre amis de tous pays pour pratiquer l'Aïkibudo avec un Maître toujours surprenant, toujours plus précis, efficace, fluide, inventif, exigeant aussi et tellement généreux. C'est lui qui m'a demandé de décrire ce stage exceptionnel, d'évoquer cette superbe ambiance, de la faire partager à tous ceux qui me liront. Y suis-je parvenu ?

    Une ambiance vraiment souriante...

    Un compte-rendu de ce type ne peut être que partial - et partiel, aussi !  L'aspect émotionnel y prend le pas sur l'objectivité. C'est pourquoi je vous proposerai d'autres points de vue, sous forme de liens ou "d'encarts", au fur et à mesure qu'ils me parviendront ou que je les découvrirai.

    - C.R. publié dans la belle Province : http://pages.videotron.com/shukaijo/Nouvelles.html

     
    Voici un aperçu des sujets abordés au cours du stage.

     

    Lundi 28 juillet 2008

    1er cours : 8 h - 9 h 30

    Exceptionnellement, le premier cours est allégé d'une demi-heure de façon à permettre une mise en place du stage en « douceur ».

    • Long échauffement dirigé par not' bon Maître
    • Tai Sabaki en ligne
    • Nigiri Kaeshi forme Irimi et forme Tenkan.
    • Nigiri Kaeshi -> Robuse Irimi
    • Nigiri Kaeshi -> Robuse Tenkan
    • Distance Ma: Ryote Ippo Dori Robuse (comme dans le Kihon Osae Waza)
    • Distance Ma: Ryote Ippo Dori Neji Kote Gaeshi


    Le Maître insiste sur le fait qu'une technique ne présente pas d'intérêt en elle-même mais en conclusion d'un mouvement. Dans tous les Arts Martiaux on pratique peu ou prou Kote Gaeshi, Shiho Nage... Ce qui les différencie est la façon de les appliquer. La spécificité de l'Aïkibudo se situe dans son concept du mouvement. On ne porte pas la technique pour la technique mais du fait qu'elle se présente d'elle-même à l'issue du mouvement.

    2ème cours : 10 h - midi Katori Shinto Ryu

    3ème cours : 16 h 30 - 17 h 30 Katori Shinto Ryu

    Je suis arrivé discrètement vers 17 h, je me suis réfugié dans la petite salle d'où je pouvais observer le dojo sans me faire remarquer. C'est du moins ce que je croyais car, à la fin du cours, le Maître est venu me dire qu'il souhaitait que je reprenne ma place sur le tatami. Daniel, qui l'accompagnait, m'affirma que le Kobudo, c'était comme le vélo, ça ne s'oubliait jamais et me proposa de me prêter un bokken.

    17 h 30 - 19 h Neji Kote Gaeshi en Chika Ma

    Le travail abordé ce matin continue en s'écartant de la forme éducative pour aborder la forme technique. Une technique appliquée sur une saisie se porte suite au dégagement. Si on porte un atémi, on parlera de Te Hodoki. Il faut choisir atémi ou technique, jamais les deux.

    • Ryote Ippo Dori: il s'agit en fait de Jyunte Dori + Dosokute Dori.
    • Dégagement sur la main Jyunte: référence à la forme classique
    • Dégagement sur la main Dosoku: la main saisie vient appuyer sur l'avant-bras homologue (image du fer à repasser)
    • Ryote Dori: double saisie Jyunte Dori
    • Gyakute Dori: blocage de la traction en croisant le pied
    • Muna Dori: 2 formes
    • Ryo Sode Dori: analogue à Jyunte Dori
    • Ryo Kata Dori: engager un bras entre les bras de Uke, dégager en attaquant le coude avec l'avant-bras
    • Kubi Jime: 2 formes (mains parallèles ou croisées)


    Mardi 29 juillet 2008

    1er cours 7 h 30 - 9 h 30 : Te no Michibiki sur Jyunte Dori et Dosokute Dori

    2ème cours 10 h - midi : Katori Shinto Ryu (je reprends contact avec Itsutsu no Kata)

    3ème  cours 16 h 30 - 18 h : Katori Shinto Ryu (ça y est, j'ai retrouvé les 2 rôles d'Itsutsu...)

    18 h - 19 h : Te no Michibiki, suite du travail abordé le matin

    Mercredi 30 juillet 2008

    1er cours 7 h 30 - 9 h 30 : Tsuki Uchi no Kata (ce n'est pas ma tasse de thé mais du moment qu'il y en a qui aiment...)

    Application technique :

    • Ushiro Hiki Otoshi
    • Neji Kote Gaeshi sur saisies en distance Ma (le Maître insiste sur le rôle de Uke qui n'a pas toujours l'intention de saisir et anticipe la chute, ce n'est pas le sens de l'Aïkibudo)
    • Les étranglements : Ude Jime, Eri Jime, Kataha Jime, Okuri Eri Jime

     2ème cours 10 h 30 - midi : Kobudo (et si on abordait Nanatsu no Tachi ?)

    3ème cours 16 h 30 - 18 h : Kobudo (je remémore mal les enchaînements et j'ai tendance à attaquer instinctivement au lieu de suivre le scénario)

    18 h - 21 h : Shime Waza, Hikitate Waza

    • suite de l'étude des étranglements abordée ce matin
    • étude des Hikitate Waza : Hiji Mage Hikitate, Kannuki Hikitate (2 formes), Kataha Jime Hikitate, Shiho Hikitate, Ude Hikitate

    Jeudi 31 juillet 2008

    1er cours 7 h 30 - 9 h 30 : Shinogi

    • forme de base
    • double Shinogi
    • sanction sur un mauvais Shinogi
    • Tsuki Jodan contrôlé avec Shinogi

    2ème cours 10 h 30 - midi : Katori Shinto Ryu (les 2 premiers Kata sont mémorisés, on attaque le 3ème)

    3ème cours 16 h 30 - 19 h : Katori Shinto Ryu (passage de grade pour les membres de la FIA)

     Petite soirée barbecue traditionnelle réunissant le Maître et les « anciens ». La petite souris Frédérika a consacré toute son énergie à sa préparation et les Tchèques y ont exprimé avec talent leur Art du feu.


    Vendredi 1er août 2008

    1er cours 7 h 30 - 9 h 30 : révision des bases

    •  révision des Te Hodoki
    •  Kyu : révision des Kihon
    •  Yudansha : pédagogie du Sutemi

    2ème cours 10 h 30 - midi : Katori Shinto Ryu (les 3 premiers Kata sont en place, on y va pour le 4ème)

    3ème cours 16 h 30 - 19 h : Katori Shinto Ryu (peaufinage du Kenjutsu, Bo et Naginata au programme de la rentrée), Daito Ryu, passages de grades Aikibudo pour les membres de la FAI.

    Grande soirée grillade organisée par la direction de Lembrun pour l'ensemble des stagiaires de toutes disciplines. Au plaisir du partage se mêle déjà la nostalgie due à une proche séparation.


    Samedi 2 août 2008

    Le stage est fini mais les adieux s'éternisent. Un dernier coucou aux Québécois et aux derniers résidants. Demain, Temple 2008 ne sera plus qu'un excellent souvenir.


    « Aïkibudofest 2008, un vrai festivalSaison 2008 / 2009 »