•  

     

    Bilan du cours du 17 octobre 2018

     Faites des bêtises, mais faites-les avec enthousiasme. (Colette)

    Ce jeudi matin, je me lève raide comme un piquet. Je me dirige vers la porte et je descends l’escalier à petits pas … les lendemains qui déchantent ! Dire qu’hier soir, je dissertais sur le miracle du Tatami où toutes les misères corporelles s’évanouissent dès que je pose le pied dessus !
    Toujours est-il qu’il ne sert à rien de m’adresser la parole dans ces conditions, même Lara ne se livre que timidement à ses salutations matinales.
    Un petit déjeuner frugal. Une douche très chaude. Une longue promenade avec Lara sous un superbe ciel au bleu automnal illuminant la pluie de feuilles qui tapissent le chemin d’un camaïeu de jaunes, de marrons, de rouges où subsistent quelques ombres de vert.
    De retour, je prends les documents que m’a remis Stéphanie hier soir : les timbres de licence dont celui que je dois coller sur ma carte de la 2F3A. Surprise, j’avais déjà remarqué que le logo fédéral avait changé et, quand je compare la carte de l’an dernier à la nouvelle, je constate que le logo Aïkido ne m’est plus imposé. Signe d’une évolution favorable où nous ne serons plus considérés comme un sous-groupe inapte à l’autonomie ?

    Bilan du cours du 17 octobre 2018

    Bilan du cours du 17 octobre 2018

     

    Plus l'univers se standardise, plus la singularité m'intéresse. (Claude Sautet)

    Quand je pars pour donner mon cours, le soleil étincelant, déjà bas sur l’horizon, complique dangereusement ma vision à travers le pare-brise. Heureusement, ma route s’oriente bientôt plein sud.
    Le parking du Dōjō est bondé. Kamel est déjà arrivé et profite de la douceur sur le perron. Je le rejoins au moment où les dames de la gym féminine sortent de la salle et où Mélanie et Stéphanie arrivent, débordantes d’énergie.

     

    À la naissance, on nous donne une étincelle de folie. On n'est rien si on la perd. (Robin Williams)

    Ce soir, je vais donc proposer les applications de Mukae Daoshi en distance Ma. Comme la semaine dernière, je ne pourrai pas tout aborder même si nous ne faisons que survoler les diverses possibilités sur les diverses attaques, sans trop les approfondir. J’insisterai d’abord sur les éléments clés que sont la verticalité, la descente en Kiba Dachi sur les temps forts du mouvement, le travail dans l’axe et l’exécution du mouvement en un seul temps, sans ces courts arrêts induits par une interprétation séquentielle.
    Comme la semaine dernière, je n’aurai pas l’opportunité d’illustrer mon cours avec des vidéos. D’une part, je dois individualiser mes explications, adapter les corrections à chaque personnalité. D’autre part, ces vidéos servaient à évoquer le climat du cours et à percevoir les difficultés rencontrées par les élèves lors de l’étude d’un mouvement.
    Or, actuellement, je présente une succession de possibilités d’application de techniques. Plus que de compréhension il s’agit d’adaptation. En comprenant que la technique apparaît à l’issue d’un mouvement, on va finir par découvrir qu’il existe un nombre limité d’actions à produire, à l’intérieur ou à l’extérieur, dessus ou dessous... en aucun cas on ne doit se trouver déstabilisé par une attaque imprévue au cours d’un Randori ou par la question inattendue d’un examinateur.
    S’adapter, comprendre qu’on peut théoriquement tout faire sur tout. Entrée esquive canalisation, fluidité, un peu de force même si point trop n’en faut.

     

    L’amour n’est pas un sentiment, c’est un art. (Paul Morand)

    Nous reprenons les mêmes éducatifs que la dernière fois, Nigiri Kaeshi pour les éléments clés, Ushiro Uwate et Ushiro Ryote Dori pour la mise en mouvement et la sortie en Chidori Ashi.
    Ce soir, je vais affiner un peu ces exercices. Je demande une saisie plus forte sur Nigiri Kaeshi de façon à obtenir une descente plus franche sur les jambes en respectant la verticalité du dos. La saisie de Ushiro Uwate doit se faire au niveau du pli des coudes pour que Tori découvre comment sortir efficacement. La saisie de Ushiro Ryote Dori se fera en relevant les mains de Tori vers ses omoplates, il devra ainsi monter sur la pointe des pieds, éventuellement sauter pour placer un bras autour de sa hanche avant de se dégager.

     

    Si vous voulez la liberté, prenez-la, n'attendez pas qu'on vous la donne. (Bernadette Lafont)

    Ura Yokomen Uchi :

    Bilan du cours du 17 octobre 2018

    Bilan du cours du 17 octobre 2018

    Bilan du cours du 17 octobre 2018

    Bilan du cours du 17 octobre 2018

    Bilan du cours du 17 octobre 2018

    Bilan du cours du 17 octobre 2018

    Quelques photos valent mieux qu’une longue explication : précision de l’entrée, action du bassin, verticalité, travail sur les jambes, plan de symétrie,  tout cela  a déjà été précisé de nombreuses fois.
    En fait, trop occupé à obtenir de tous les élèves la précision de l’exécution d’un mouvement continu et fluide, j’ai oublié les applications sur Omote Yokomen Uchi, Tsuki Jodan et Tsuki Chudan. Je tâcherai de les aborder quand nous étudierons Shiho Nage en distance Ma, occasion d’un rappel sur les notions de techniques intérieures ou extérieures.

     

    Le bonheur n'est pas dans les événements. Il est dans le cœur de ceux qui les vivent. (André Maurois)

    Jyunte Dori :
    Comme Shiho Nage : la main avant est relevée. Esquive O Irimi en enroulant le poignet de Uke par l’intérieur. Reprise avec l’autre main quand le plan de symétrie est franchi suivie d’un léger Nagashi avec une traction descendante. La main libre, poing fermé, pousse dans le dos de Uke. L’autre bras remonte en dessinant une courbe pour porter Mukae Daoshi.
    Comme Kote Kudaki : la main avant est baissée.  Esquive O Irimi en enroulant le poignet de Uke pas l’extérieur. Reprise avec l’autre main comme pour porter Kote Kudaki suivie d’un léger Nagashi avec une traction descendante. La main libre, poing fermé, pousse dans le dos de Uke. L’autre bras remonte en dessinant une courbe pour porter Mukae Daoshi.

    Bilan du cours du 17 octobre 2018

     

    Le silence, c'est la meilleure production qu'on puisse faire, parce qu'il se propage : on ne le signe pas et tout le monde en profite. (Marcel Duchamp)

    Dosokute Dori :
    Comme Shiho Nage : Tori reprend le poignet de Uke en supination en effectuant Nagashi. Il entraîne le bras de Uke dans un mouvement descendant avec un pas latéral. Quand le plan de symétrie est franchi, la main libre, poing fermé, pousse dans le dos de Uke.  L’autre bras remonte en dessinant une courbe pour porter Mukae Daoshi.
    Comme Kote Kudaki : en effectuant Nagashi, Tori enroule la main saisie autour du poignet de Uke par l’extérieur comme pour porter Kote Kudaki. Il entraîne le bras de Uke dans un mouvement descendant avec un pas latéral. Quand le plan de symétrie est franchi, la main libre, poing fermé, pousse dans le dos de Uke.  L’autre bras remonte en dessinant une courbe pour porter Mukae Daoshi.

     Bilan du cours du 17 octobre 2018

     

    Si le fou persévérait dans sa folie, il rencontrerait la sagesse. (William Blake)

    Ryote Ippo Dori : il s’agit d’un Jyunte Dori plus un Dosokute Dori, il suffit donc d’appliquer le mouvement sur l’un ou sur l’autre.
    Ryote Dori : il s’agit d’un double Jyunte Dori, il suffit donc d’appliquer le mouvement d’un côté ou de l’autre.
    Bien sûr, il apparaît quelques contraintes dues à la double saisie. Les solutions ont été évoquées à l’occasion de l’étude des Te Hodoki ou d’éducatifs tels que Nigiri Kaeshi.

     

    Les hommes naissent innocents, mais ça ne dure guère. (Jean-Pierre Melville)

    Muna Dori :
    Les 2 partenaires sont en même garde ( 合半身の構え, Aï Hanmi no Kamae pour les puristes)
    Esquive extérieure : en effectuant Nagashi pied arrière, Tori dévie la main de Uke comme dans l’éducatif Shinogi. Il canalise l’attaque en effectuant un pas latéral et entraîne le bras de Uke dans un mouvement descendant.  Quand le plan de symétrie est franchi, la main libre, poing fermé, pousse dans le dos de Uke.  L’autre bras remonte en dessinant une courbe pour porter Mukae Daoshi.
    Esquive intérieure comme Shiho Nage : en effectuant O Irimi, Tori contrôle le poignet de Uke par l’intérieur.  Il entraîne le bras de Uke dans un mouvement descendant avec un pas latéral. Quand le plan de symétrie est franchi, la main libre, poing fermé, pousse dans le dos de Uke.  L’autre bras remonte en dessinant une courbe pour porter Mukae Daoshi.
    Esquive intérieure comme Kote Kudaki : en effectuant O Irimi, Tori saisit la main de Uke en supination, comme pour porter Kote Kudaki.  Il entraîne le bras de Uke dans un mouvement descendant avec un pas latéral. Quand le plan de symétrie est franchi, la main libre, poing fermé, pousse dans le dos de Uke.  L’autre bras remonte en dessinant une courbe pour porter Mukae Daoshi.

    Bilan du cours du 17 octobre 2018

     

    On passe une moitié de sa vie à attendre ceux qu’on aimera et l’autre moitié à quitter ceux qu’on aime. (Victor Hugo)

    Attention, en ce qui concerne l’action « comme Shiho Nage », si la main libre saisit elle aussi le poignet pour accompagner la traction, le corps se place pour... porter Shiho Nage. De plus, il se produit un temps mort pour placer la main qui doit pousser dans le dos de Uke.  Seule la main qui saisit exerce la traction, l’autre main est déjà placée pour exercer la poussée.

     

    La sagesse commence dans l’émerveillement. (Socrate)

    Ushiro Ryote Dori :
    C’est la reprise de la forme utilisée dans l’éducatif.  Les poignets saisis sont remontés le long de la colonne vertébrale. Tori doit monter sur la pointe des pieds, voire sauter, pour enrouler un bras autour de la hanche et bloquer les doigts de Uke. En retombant, il part en Chidori Ashi en tirant la main latéralement vers le genou pour entraîner Uke puis il se dégage en pivotant et, en effectuant un pas latéral, il entraîne dans une traction descendante la main bloquée dans le dos en enroulant sa main autour du poignet de Uke comme pour porter Kote Kudaki... Quand le plan de symétrie est franchi, la main libre, poing fermé, pousse dans le dos de Uke.  L’autre bras remonte en dessinant une courbe pour porter Mukae Daoshi. Nous l’avons déjà fait, c’est facile.

    Bilan du cours du 17 octobre 2018

     

    Rien n’est impossible. Il faut seulement un peu de courage. (Régine Deforges)

    Et si on examinait le propos à l’envers ? Nous disons que la technique apparaît à l’issue du mouvement, on a même pu dire qu’elle est en quelque sorte la cendre du mouvement. Alors, plutôt que de penser qu’il faut faire ceci et cela pour obtenir Mukae Daoshi, pensons plutôt que si on réagit comme ceci ou comme cela en fonction des réactions de Uke, il peut apparaître Mukae Daoshi. On a vu plus haut que si la traction est accompagnée d’une poussée de la seconde main, il apparaît Shiho Nage alors qu’une traction plus latérale permet de placer Mukae Daoshi. Entrez, canalisez, adaptez-vous et vous verrez bien.

    Bilan du cours du 17 octobre 2018

     

    On peut connaître la vertu d’un homme en observant ses défauts. (Confucius)

    Le temps passe vraiment trop vite ! Il est déjà 21 h et le le cours est censé s’arrêter à 20 h 30. J’ai pourtant dû  élaguer une partie de mes prévisions. Un cours doit être conclu par Randori. Celui de ce soir sera donc un peu plus court que d’habitude, ce qui n'empêchera pas de repartir avec le Keikogi humide. Un petit pot en l'honneur du nouveau président prolonge cette soirée et la conclut de façon très sympathique.

    Bilan du cours du 17 octobre 2018

    Et avec un petit clin d’œil…

    Histoire d'un Hakama qui fut blanc 

    7e dan FIAB 2011
    2e dan FKSR 1986

    A.照り絵 / 七段 教士 

    mort-de-rire-copie-1.gif

    Oublie tes peines et pense à aimer

    あなたの悩みを忘れて、愛について考える 

    Anata no nayami o wasurete, ai ni tsuite kangaeru

    mort-de-rire