• Qui sommes-nous ?

     

    En cette semaine de rentrée, il est bon de rappeler cette évidence, notre Art s’appelle
     

    Aïkibudo 

    Il n’est pas rare de trouver sur les moteurs de recherche des requêtes concernant « AIKI-BUDO ». Il n’est pas rare non plus de trouver cette orthographe sur des documents officiels.
    L’écriture AIKI-BUDO renvoie à des références historiques très éloignées de notre Art.
    En 1926, Morihei Ueshiba ouvre un dojo à Tokyo : le Kobukan, également connu sous le nom de “dojo de l’enfer” tant la pratique y est intense. Son budo est alors indifféremment appelé Kobu Budo, Ueshiba-Ryu Aïki-Budo ou simplement Aïki-Budo.

    Qui sommes-nous ?

    En 1928, Jigoro Kano, le fondateur du Judo, qui avait compris l'intérêt du Budo traditionnel et encourageait ses élèves à étudier d'autres Arts Martiaux, crée le Kobudo Kenkyukai, Organisation pour l'Étude et la Recherche sur les Arts Martiaux Anciens. Minoru Mochizuki en est l’un des membres. Il a ainsi la grande chance de pouvoir étudier l'Aïki Jujutsu au Kobukan, auprès du Maître Morihei Ueshiba.
    En 1931, Minoru Mochizukil ouvre son propre dojo, le Yoseikan (maison de l'enseignement de la droiture), où il enseigne le Yoseikan Aïki Jujutsu.
    En 1947, Maître Ueshiba nomme son Art Aïkido. Maître Mochizuki nommera le sien Yoseikan Aïkido Jujutsu.

    Qui sommes-nous ?

    En 1951, Maître Mochizuki fait partie de la délégation culturelle du Japon pour la réunion de l'UNESCO à Genève. Pendant 2 ans et demi, il enseigne le Judo et l’Aïkido Jujutsu du Yoseikan jusqu'à son départ en 1953. Il invite un jeune judoka, Jim Alcheik, au Yoseikan de Shizuoka.
    Jim Alcheik y reste de 1955 jusqu'au début de l'année 1958. En 1959, de retour en France, il crée la Fédération Française d'Aïkido Tai Jitsu et Kendo (FFATK).

    Qui sommes-nous ?

    Jim Alcheik est victime d'un attentat en janvier 1962. Hiroo Mochizuki vient en France aider Alain Floquet à poursuivre son oeuvre. La FFATK rejoint la FFJDA en 1964. Le Yoseikan Aikido Jujutsu (ou Aïkido Tai Jutsu) y sera enseigné sous le nom de Aïkido Mochizuki puis de Aïkido Yoseikan.

    Qui sommes-nous ?

    En 1978, sous l’impulsion de Claude Jalbert, est créée la Fédération Française d’Aïkido et de Kobudo (FFAK) qui se compose de trois groupes : le Cercle Aïki-Budo de Maître André Nocquet, le CERA de Maître Alain Floquet et l’Institut Noro.

    Qui sommes-nous ?

    Le 24 novembre 1982, a lieu la première réunion du Conseil des Kodansha. Alain Floquet nous fait part de son intention de nommer notre Art Aïkibudo, appellation qui sera définitivement et publiquement adoptée, lors d'une réunion organisée par l'UNA, sous couvert de la FFJDA, le 19 mai 1983, en l'honneur du Maître Minoru Mochizuki et en présence de Hiroo Mochizuki, Nobuyoshi Tamura, André Nocquet et du président de l'UNA-FFJDA.
    Imaginons la scène. À la demande des représentants officiels de l’UNA, le Maître Mochizuki intervient auprès d'Alain Floquet.

    « Ce que tu pratiques n'est pas de l'Aïkido. 

    - Je sais, Sensei, c'est votre enseignement.

    - Il faut que tu changes le nom. »

    Il est alors suggéré à Alain Floquet l'appellation « Aïkijujutsu ». Il répond : « Non ». Quelqu'un lance : « Yoseikan Budo ! ». Deux « Non » font écho, ceux d'Alain Floquet et d'Hiroo Mochizuki. Alain Floquet propose alors le nom qu'il a en tête depuis des années et qui exprime parfaitement le sens, l'esprit et le fond de sa pratique : 合気武道.
    C'est ainsi qu'il choisit de nommer son Art « AIKIBUDO », proposition qui reçoit l'aval de ses interlocuteurs.
    À la rentrée de 1983, Claude Jalbert et Hervé Villers voient leur action aboutir avec la création de la Fédération Française d’Aïkido, Aïkibudo et Affinitaires. L’Aïkibudo et l’Aïkido sont dorénavant co-disciplines au sein de la 2F3A.

     

    tsuba-rouge-085.gif

     

    « Le loup et le chienURGENT : appel aux dons »