• Pan ! La rentrée...

     

    Dimanche 18 septembre 2016. Une matinée qui s'éveille nappée de brume sous un ciel voilé. Je me suis levé de bonne heure, pour un dimanche, surtout par temps de brume ! Ma femme part aux vendanges, en Alsace et je devais la conduire rejoindre un compagnon de route, à une petite demi-heure de chez nous.

    Pan ! La rentrée...

    En rentrant, j'ai emmené Lara faire sa petite promenade sur la route forestière qui mène à la ferme. Nous marchions en toute quiétude toute humide quand, soudain,


    C'est la rentrée pour nous et c'est l'ouverture pour les gros c... Nemrods !

    Pan ! La rentrée...

    « Vos propos ne manqueraient-ils pas quelque peu de modération, vénérable Sensei ? Il doit bien exister des chasseurs sympathiques, humanistes... - Certes, petit bousier attardé, j'ai même connu un curé laïque ! Mais ça ne décharge pas la brouette de la masse des disciples de Joseph-Marin Gévelot et de Manuchasse ! »

    Pan ! La rentrée...

    J'aime beaucoup mon petit coin de campagne. Devant chez moi, un pan de coteau est coiffé de grands hêtres.

    Pan ! La rentrée...

    Pan ! La rentrée...

    Quand j'ai emménagé, à la fin 2009, ce bosquet bruissait de pigeons ramiers. Magnifiques, puissants, merveilleux à regarder. Aujourd'hui, il ne reste que 2 ou 3 couples. L'an dernier, j'ai croisé sur la route forestière le propriétaire du bois, un petit homme ventru et rubicond, le fusil à l'épaule.
    « Qu'est-ce que vous chassez ? - Moi, j'chasse des pigeons. Ch'uis chez moi et ch'fais c'que j'veux ! - Il n'y a plus de pigeons, dans ce bosquet... - J'm'en fous, j'les chasse quand même ! ». Besoin de tuer quand tu nous tiens !
    Quand j'ai emménagé, à la fin 2009, sur le coteau qui descend sous le bosquet, tout ensoleillé le soir, j'observais, émerveillé, un couple de renards qui venait profiter de la chaude lumière des fins d'après-midi. Parfois, ils étaient accompagnés de leurs petits. Une battue aux voleurs de poules a eu lieu. Plus de renards à admirer, le soir, sur le coteau. Et une invasion de mulots et de souris a suivi. D'innombrables terriers aèrent désormais notre jardin et, au sous-sol, des livres de poche, des couvertures, des pulls ont été réduits en charpie pour rendre les nids plus confortables aux souriceaux ! Comment faire comprendre aux fous de la gâchette qu'un renard élimine à lui seul de 3 000 à 6 000 petits rongeurs par an, qu'il est un précieux allié des agriculteurs...
    Quand j'ai emménagé, à la fin 2009, j'aimais observer les rats musqués qui nageaient dans le ruisseau en transportant quelques plantes comestibles vers leur terrier. Le flot était limpide, le lit était couvert de plantes où quelques truitelles venaient s'ébattre. Le rat musqué est un immigrant qui détruirait les berges des rivières, il faut l'éradiquer. Depuis l'an dernier, les rats musqués ont disparu. Le lit du ruisseau est envasé. Plus de plantes, plus de truites...

    Pan ! La rentrée...

    À chaque rentrée, je vous propose la relecture de ce petit chef d’œuvre d'Alphonse Daudet : Les émotions d'un perdreau rouge. Alphonse Daudet a voulu évoquer la guerre de 1870 sous la forme d'un conte. Pour les derniers animaux sauvages qui survivent dans nos campagnes, c'est de nouveau la guerre avec d'éventuels dommages collatéraux pour les promeneurs.

    Pan ! La rentrée...

    Pan ! La rentrée...

     Pan ! La rentrée...

     « Et l'Aïkibudo dans tout ça, vénéré Sensei ? - L'Aïkibudo est l'Art de contrer la violence, petit bousier. Toutes les formes de violence. »

     

    Histoire d'un Hakama qui fut blanc 

    6e dan 2F3A 1991

    7e dan FIAB 2011

    2e dan FKSR 1986

    A.照り絵 / 七段 教士 

    mort-de-rire-copie-1.gif

    Oublie tes peines et pense à aimer

    あなたの悩みを忘れて、愛について考える 

    Anata no nayami o wasurete, ai ni tsuite kangaeru

    mort-de-rire

     

     

    « Temple 2016 (2)Bilan du cours du 21 septembre 2016 »