• Neuf fois neuf

     

     

    Neuf fois neuf

    Neuf fois neuf

    Neuf fois neuf

    Le 13 mai 2022 inaugurera ma quatre-vingt-unième année passée sur la planète bleue.
    Quatre-vingt-un c’est neuf fois neuf. J’aurais aussi bien pu écrire : « 81 c’est 9 x 9 »…
    Alors, quelle est la signification de ce titre « Neuf fois neuf » ?
    Est-ce « neuf fois neuf ans », ce qui pourrait s’écrire « neuf ans x 9 »…
    Ou serait-ce « neuf fois remis à neuf », ce qui pourrait s’écrire « remis à neuf x 9 »

    Y-a-t-il d’autres langues que notre si élégant et si subtil français qui offrent de telles homonymies qui permettent de jouer avec les mots, de créer des quiproquos sur leur signification et de semer la confusion chez les lecteurs ?
    J’ai jadis écrit dans je ne sais plus quel article que nous vivions des cycles de 10 ans, chaque décennie apportant un nouvel élément important pour l’orientation de notre existence.
    Qu’en serait-il d’un cycle à base 9 ? Voyons donc à partir de 1941…

    1950 : 9 x 1 = 9 ans. Année magique, c’est le grand rêve de l’an 2000. les progrès seraient gigantesques, la paix régnerait sur la terre, les maladies seraient vaincues, nous nous déplacerions en voitures volantes et les voyages sur les autres planètes se seraient banalisés.
    Et moi ? J'ai appris à lire dans Tarzan et Mickey aviateur. Je dévore les BD de l'époque, Mandrake le magicien, le Fantôme du Bengale, Flash L'éclair... Tout ça m’installe durablement dans le monde du rêve et me procure une imagination débordante.

    Neuf fois neuf

    Neuf fois neuf

    Les séances de photos prises avec un Kodak Brownie étaient fastidieuses et exigeaient une grande patience pour les pauvres enfants photographiés ! Pourtant, j’ai été très tôt passionné par les appareils photographiques et, surtout, les caméras. Quand j'ai eu mon premier caméscope, en 2011, je réalisais un rêve vieux de plus de 60 ans...

    Neuf fois neuf

    Et oui, nous étions très loin de nos actuels appareils numériques ! Et être photographié même avec cet appareil haut de gamme, à droite, était tout aussi éprouvant quand le photographe tâtonnait longuement pour effectuer le cadrage dans le tout petit viseur.

    Neuf fois neuf

     1959 : 9 x 2 = 18 ans. J’achève mon adolescence en classe de sciences-expérimentales, troisième année à l’École Normale de Rouen. Le dimanche, j’entretiens mon style « ténébreux », portant lunettes noires à la Alain Delon et, comme par hasard, je suis placé sur la photo entre les 2 filles du groupe…
    En ces temps anciens, le dimanche, pas de style sportif ou encore moins négligé, c’était costume et cravate. Notez que les filles portaient un foulard... qui n'était certes pas un signe religieux mais plutôt une coquetterie. En fait, pour sortir de l'École Normale de Filles, la tenue exigée était très stricte, notamment pas de maquillage !
    Mon grand-père quittait ce monde de misère et moi, je ne faisais plus rien en classe, souhaitant me faire virer de l’École Normale. À la fin de l’année, avant les épreuves du bac, des condisciples m’ont enfermé dans une classe avec mes bouquins pour m’obliger à réviser… Je n’ai étudié qu’une seule leçon dans chaque matière… Misère ! Je suis tombé dessus autant à l’écrit qu’à l’oral. Mon destin était tracé.

    Neuf fois neuf

    Neuf fois neuf

    1968 : 9 x 3 = 27 ans. Année complexe, ambiguë, mêlant les espoirs les plus utopiques d’une libre anarchie positive et les prémisses d’une répression « ultra libérale » ! Notre petite fille, âgée de 5 mois, bronze à l’abri d’un superbe prunier en fleurs. Nous apprenons le partage, la solidarité… liberté, égalité, solidarité, en quelque sorte. Les moyens pécuniaires d’un modeste instituteur de campagne chargé de famille ne m’ont pas permis de renouveler mon inscription aux cours de Judo et d’Aïkido Yoseikan. Ce qui fait que je découvre la visualisation puis l’entraînement avec un partenaire fantôme, notions que j’avais déjà abordées avec la méthode Dynam Jiu-Jitsu. 
      

    Neuf fois neuf

    Et nous sommes jeunes et beaux ! 

    1977 : 9 x 4 = 36 ans. C’est la mode des rouflaquettes (on dit plutôt les pattes) et des pantalons « pattes d’éph ». Évidemment, je suis cette mode pleine de charme. J’ai appris à naviguer sur un Vaurien à Cancale puis sur un Pschitt et un 420 sur le lac du Bourget et j’ai appris à faire le point à bord d’un « 10 mètres ».Cet hiver-là, je succombe aux charmes de la montagne en hiver et aux plaisirs du ski, de fond ou alpin.
    Aux élections municipales des 13 et 20 mars, la gauche devient majoritaire, de jeunes enseignants barbus envoient les vieux notables profiter de leur retraite. Je suis maire adjoint et je découvre sans étonnement que je n’ai absolument pas la vocation ! Cette occupation allait toutefois me permettre d’obtenir la remise en état de la petite salle des sports, l’achat d’un Tatami de 200 m² et la création de MON club, Bourdeny Aïki Kobudo. 

    Neuf fois neuf

    Veste cintrée, pantalon « pattes d’éph », bottines assorties mais, déjà, pas de cravate. Je suis loin de ma période Alain Delon. Mes élèves, au club, trouvent que je ressemble au chanteur Gilles Dreu… et si c’était plutôt lui qui me ressemblait ?
    Du 18 au 23 juillet, le CERA organise le stage international de Tarbes où je fais la connaissance du jeune Alain Roinel. Oui, il a été jeune et bien avant la plupart d'entre vous !

    1986 : 9 x 5 = 45 ans. Le Maître Yoshio SUGINO me délivre le 2ème dan de Katori Shinto Ryu au mois d’août, 10 ans après que j'en aie ouvert le premier cours en Normandie. Ce n’est bien sûr pas une consécration, juste une petite gratification en échange de tout le temps passé à développer cet Art encore singulier à l’époque. Mais je vais en rester éloigné : si sa pratique a été essentielle pour l'évolution de notre Art, je rechigne toujours à répéter et encore répéter et toujours répéter les mêmes gestes.

    Neuf fois neuf

    J’ai toujours cette retenue envers les formes imposées, les Kata, les enchaînements immuables, héritage de l’aversion que j’avais autrefois éprouvée pour les lendits scolaires où des centaines d’écoliers en chemisette blanche et short bleu marine, rassemblés dans un stade, montraient à la foule des spectateurs émerveillés que la jeunesse d’après-guerre saurait travailler à l’unisson pour restaurer l’économie nationale en totale décrépitude : les tickets de rationnement n'ont été supprimés que le 1er décembre 1949 !

    Neuf fois neuf

    1995 : 9 x 6 = 54 ans. C’était au printemps de 1995. J'ai reçu, au courrier*, une série de planches contact**, une douzaine de vignettes au format 24x36, accompagnée de cette demande: « Pourrais-tu commenter ces photos et rédiger un texte sur Te no Michibiki pour la Lettre du Cera ? ». 

    * en ces temps anciens, l’Internet n’existait pas, on correspondait en écrivant à la main, sur du papier, avec un stylo (si on voulait conserver une copie, on écrivait au crayon à bille en intercalant un papier carbone entre 2 feuilles. On mettait la lettre dans une enveloppe timbrée qu’on expédiait par la poste).

    ** en ces temps anciens, les APN n’existaient pas, nous utilisions des appareils photographiques chargés de films photosensibles généralement au format 24x36. Il fallait développer ces films dans une chambre noire et agrandir les photos choisies en les projetant sur un papier photosensible... Pour éviter le gaspillage et choisir les meilleurs clichés, on faisait un premier tirage dit « contact » directement au format 24x36.


    Neuf fois neuf

    Bien sûr, comme d’habitude, c’était pour la semaine précédente. J’ai dû entreprendre de théoriser le concept de Te no Michibiki. Ce premier texte n’était guère inspiré du fait que le sujet n’était guère inspirant ! Si ma mémoire ne me trahit pas, cet article a dû être publiée dans la Lettre du Cera du 2ème semestre 1995.

    Neuf fois neuf
    À 54 balais, nouvelle tête, plus de rouflaquettes ni de moustache.

    2004 : 9 x 7 = 63 ans. À la fin de l’année 2004, mes amis québécois m’ont proposé d’encadrer un stage, à l’occasion d’une grande fête de l’Aïkibudo, l'Aïkibudofest, qui serait organisée par la Fédération Aïkibudo Québec à la rentrée de la saison 2005 / 2006.
    Je m’étais retiré du Tatami en 1997, déçu par l’ambiance délétère qui s’était développée dans la région que j’avais créée près de 30 ans auparavant. Un des fidèles stagiaires de mes interventions au Québec, Mario, inquiet, m’envoya
    à la fin du XXème siècle une longue lettre pour s'inquiéter de mon absence et, devenu un des artisans de la nouvelle Fédération Aïkibudo Québec, pensa à moi pour animer un stage intensif de 3 jours, dans l’esprit des stages d’été et me sollicita fin 2004. J’hésitais, mettant en avant ma longue absence, mais il insista suffisamment pour me convaincre. Ce qui fit qu’en septembre 2005, je repris de nouveau l’avion à destination de Montréal pour effectuer mon retour sur le Tatami.

    Neuf fois neuf

    Neuf fois neuf

     

    2013 : 9 x 8 = 72 ans. Moins de doute et approche de la sérénité… Sérénité, vraiment ? Boaf ! Peut-être bien… ou p’têt’ ben, si vous préférez.

    Neuf fois neuf

    Neuf fois neuf

    Pas content ? Content ? Ça dépend…

    Dimanche 14 juillet 2013
    Après un périple de plus de 1 600 km, par une lourde chaleur humide, ce fut bon de poser son sac à Lembrun, dans le charmant mobile-home planté au bord du lac, pouvant ainsi espérer bénéficier d'une lourde chaleur humide agrémentée par les zonzons des moustiques abondants et dynamiques en cette période de l'année et en cet endroit.

    Cette année, l'accueil a pris sa place à l'entrée du domaine. Un panneau placé en travers du chemin nous incite à nous arrêter ici et maintenant et à oublier nos habitudes ancestrales.

    Neuf fois neuf

    Marie et Charlène nous accueillent, sourire en avant et sont prêtes, comme d'habitude, à nous apporter toute l'aide raisonnable qu'un stagiaire raisonnable est susceptible de quémander.

    Neuf fois neuf
    Champagne, par exemple ?

    2022 : 9 x 9 = 81 ans. Euh… En fait, je ne sais pas encore. Nous sommes le 13 mai... Lara nous a quittés le 13 avril. Djamila, notre charmante voisine qui aimait beaucoup Lara, nous a dit: « Rappelez-vous, les chiens ou les humains, nous sommes seulement de passage...».

    Neuf fois neuf

    De passage, de passage
    Triste, heureux voyage,
    Dans ce monde en rage,
    Dis-toi bien, je suis seulement de passage.

     Neuf fois neuf

    Ouais ! Je n'étais pas certain d'arriver jusque là...
    Et ch’uis toujours vivant !

    Et pour ce qui est de la convergence du cycle 9 avec le cycle 10, il faudra attendre 9 x 10, c’est-à-dire… 2031 ! C’est du domaine de l’incertitude !

       Neuf fois neufNeuf fois neufNeuf fois neuf

    Histoire d'un Hakama qui fut blanc 

    7e dan FIAB 2011
    2e dan FKSR 1986

    A.照り絵 / 七段 教士 

    mort-de-rire-copie-1.gif

    Oublie tes peines et pense à aimer

    あなたの悩みを忘れて、愛について考える 

    Anata no nayami o wasurete, ai ni tsuite kangaeru

    mort-de-rire

     

     

     

     

    « Quelques notes (25)Quelques notes (26) »