• Bilan du cours du 9 janvier 2019

     

    Les grands embrasements naissent de petites étincelles. (Richelieu)

    Notre dernier cours, c’était l’an dernier ! La météo n’a pas changé. Juste assez d’humidité pour rappeler aux vieux Budoka qu’ils ont des articulations et des vertèbres lombaires. Pas assez de froid pour étouffer cette humidité. Que sont devenues les vivifiantes températures négatives enluminées de frimas sous un ciel bleu marine ? L’haleine nuageuse qui givre les moustaches ? Les ongles qui picotent et qu’on cache dans les poches du manteau ou de la doudoune ?
    « Allez, Sensei André,  soyez de votre temps, assez de nostalgie, soyez moderne ! »
    Assez gambergé, il est temps de se rendre au Dōjō. La nouvelle année se présente sous des auspices favorables : j’ai une place libre au parking !

     

    Il doit bien exister au monde quelque chose, un lieu qui ne soit pas un rapport de force avec autrui ou soi-même. La tendresse, peut-être. (Gérard Philipe)

    Dès le vestiaire, je sens une ambiance légère, joyeuse, dynamique. Eddy, après 2 mois d’absence, trépigne d’impatience. Moi aussi, j’ai hâte de commencer à donner ce cours, de revivre ce petit miracle qui fait que dès que je monte sur le Tatami mon corps évite de me rappeler que je suis un vieux monsieur tout perclus de petites misères. Il me le rappellera demain matin, mais « carpe diem »…

     

    Vouloir être de son temps, c’est déjà être dépassé. (Eugène Ionesco)

    Ce mois-ci, ce sera Kote Gaeshi. Le premier cours est un tour d’horizon en Chika Ma. Je rappelle que le travail en Chika Ma n'est pas tout à fait de l'Aïkibudo mais encore une forme de Jujutsu, basée sur l'utilisation de la force.
    Mon projet est d'envisager la possibilité de porter toutes les techniques sur toutes les formes d’attaque sachant que si certaines paraîtront évidentes, d’autres seront peu pertinentes voire capillotractées, le but n’étant pas de se conformer à un programme mais de libérer ses capacités d’adaptation en toutes circonstances.
    En distance Chika Ma, nous appliquerons la forme flexion, le Neji Kote Gaeshi ne pouvant survenir qu’à l’issue d’une canalisation donc en distance Ma. Rien de spectaculaire, essentiellement de la précision dans les gestes et le placement judicieux de sa force.
    Ceux qui souhaitent un outil de self défense, avec des atémis, pourront y trouver leur compte. La notion de Chika Ma est un héritage de l’Aïkido Jujutsu et convient aux débutants avec l'étude des Te Hodoki, ce qui n'empêche pas qu'on peut passer toute une vie à en découvrir les finesses. Quant à la perception de l'efficacité dans l'Art de l'esquive canalisation, elle  peut exiger un long, très long travail.
    Alors  que la distance Ma permet d’entrer dans le mouvement créé par l’attaque de Seme et d’additionner les 2 forces, en distance Chika Ma il y a opposition de ces 2 forces, ce qui justifie l’atémi destiné à déstabiliser Seme.
    « Hummm ! Sensei André, suggèreriez-vous que ce serait la défense du fort contre le faible ? – Que nenni, stupide cloporte, l’Art Martial a pour but d’aider l’être humain à trouver sa Voie et à s’élever, pas à en faire un spécialiste du combat de rue ! ».

     

    Soyez en garde contre le goût que vous avez pour l'esprit. Trop d'esprit humilie ceux qui en ont peu. (Madame de Maintenon)

    Kamel semble au mieux de sa forme physique. Il ne triche pas, il sait ne pas être complaisant et exprime sans fard les sensations qu’il a perçues. Un partenaire parfait pour cette première séance.
    Nous allons toutefois commencer par quelques éducatifs qui permettront de revoir une sensation particulière et de la fixer.
    Ushiro Uwate : rappelons-nous, simultanément un atémi des fesses dans le bas-ventre de Seme accompagné du recul d’une jambe et du lancer en avant des 2 bras paumes tournées vers l’extérieur, ce qui provoque une action des coudes qui soulèvent les bras de Uke et libérant un espace où se glisse une main pendant que la jambe homologue tombe en Chidori Ashi... rotation du bassin et reprise de Seme en Ushiro Uwate.

    Ushiro Shitate : Tori tombe en Chidori Ashi en pesant de tout son poids sur les mains de Seme, dégagement, lancer en avant des 2 bras en tournant les mains de Seme paumes vers l’extérieur, rotation, passage du bras comme pour porter Kote Kudaki et reprise de Seme en Ushiro Shitate

    Ushiro Ryote : simultanément un atémi des fesses dans le bas-ventre de Seme accompagné du recul d’une jambe et du lancer en avant des 2 bras paumes tournées vers l’extérieur... faisons un peu évoluer cet exercice. Seme, en distance Ma, vient me saisir en Dosokute Dori. Je laisse saisir et j’entre à 45°, provoquant une rotation de Seme sur son pied avant pour le placer dans mon dos ce qui l’incite à saisir la seconde main. Lancer en avant des 2 bras, paumes tournées vers l’extérieur, projection de Seme. Une erreur fréquente de Tori : il s’assoit sur son talon au lieu de pousser vers l’avant avec l’ensemble de son corps, ce qui permet à Seme de reprendre son équilibre.

     

    Avoir peur, c'est mourir mille fois, c'est pire que la mort. (Stefan Zweig)

    Jyunte Dori : nous partons du connu pour présenter l’élément nouveau. Le point de départ est donc le Te Hodoki : aller « à la montagne », dégager (nostalgiques de l’atémi, faites-vous plaisir) en exerçant une rotation du poignet. La main qui était saisie saisit à son tour le poignet de Seme en pronation. Il devient possible de porter Kote Gaeshi, sachant que ce sera dans sa forme flexion en envisageant les variantes Ue, Shita, Koshi.
    À ce niveau du dégagement, Tori a 2 options possibles. Voyons ce que nous pouvions pratiquer au temps jadis.

    Bilan du cours du 9 janvier 2019

    Bilan du cours du 9 janvier 2019

    La main du dessus maintient sa saisie, elle glisse autour du poignet de façon à appliquer la paume sur le dos de la main de Seme, le talon de la main de Tori en pression sur l'articulation métacarpo-phalangienne de Seme . Si vous avez bien décrypté le processus, vous noterez qu’il est possible d’appliquer une forme flexion en plaçant les avant-bras verticalement ou une forme Koshi en les plaçant horizontalement, celui de Seme fermement appliqué contre l’abdomen de Tori..

    Bilan du cours du 9 janvier 2019

    Bilan du cours du 9 janvier 2019

    Pour l’autre option, plus classique, la main de dessus lâche le poignet pour se placer sur la main et l’enrouler. Pour donner un peu de piquant à cette technique archi connue, on la porte en laissant les doigts déborder ceux de Seme de la longueur d’une phalange. En enroulant le Kote Gaeshi, une forte pression est exercée sur le bout des doigts de Seme qui n’est pas censé l’apprécier plus que ça. Sur les photos, ce sont les menottes de Mélanie qui s’imposent aux grandes paluches de Kamel.

     

    Les folies sont les seules choses qu’on ne regrette jamais. (Oscar Wilde)

    Gyakute Dori : application classique du Te Hodoki avec, pour ceux qui le souhaitent, Mawashi Geri ou Ura Mawashi suivant le pied qui effectue le blocage, on se retrouve alors dans la situation de Jyunte Dori. Il faut penser à aller dans le sens de Seme alors qu’il est tentant de le tirer vers soi.

    Dosokute Dori : le Te Hodoki s’effectue vers le haut en frappant le bras de Seme sous le coude. Ici, le contrôle se fera en saisissant le poignet en pronation pour le tirer vers le bas, au contact du genou, avec un pas latéral. Forme flexion de toute évidence.

    Ryote Ippo Dori : il suffit d’appliquer Nigiri Kaeshi, Kote Gaeshi apparaît à la fin, avec le dégagement. Il faut jouer sur la flexion extension des jambes de façon à utiliser toute la force du corps.
    D’autres formes sont possibles, il suffit de penser Jyunte Dori ou Dosokute Dori.

    Ryote Dori : application classique du Te Hodoki. À l’issue, on a le choix entre les 2 formes vues avec Jyunte Dori, la première offrant l’opportunité d’un Koshi. D'autres formes sont possibles, penser à un double Jyunte Dori.

    Mae Eri Dori : il s’agit là d’un dégagement spécifique en vue de porter Kote Gaeshi. Si Seme me saisit de la main droite, je saisis le tissu de mon revers sous la main de Seme et je tords le tissu vers l’extérieur pour ouvrir ses doigts. L’autre main se place en pronation au-dessus du poignet de Seme qu’elle repousse vers le bas. C’est le Kote Gaeshi flexion qui se présente.

     

    C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière. (Edmond Rostand)

    Ushiro Eri Dori : Seme saisit mon revers de la main droite. Je saisis mes revers des 2 mains pour bloquer les doigts de Seme contre ma nuque et j’avance la jambe gauche en « tombant », pied tourné vers l’extérieur. En avançant, j’ai repris les 2 revers dans ma main droite et j’ai levé la gauche au-dessus de ma tête. En effectuant Nagashi, je passe sous le bras de Seme et ma main gauche se pose sur son poignet que je dégage avec une rotation.
    Les dégagements sur les saisies arrière peuvent créer une sensation de mouvement donc la présentation de Neji Kote Gaeshi. En suivant le thème de ce soir, nous choisirons Kote Gaeshi flexion.

    Ushiro Ryote Dori : je me tourne vers Seme comme pour observer son visage en lui abandonnant le bras droit que j’utilise pour bloquer sa main contre mon dos. Je glisse mon pied gauche vers l’avant en Chidori Ashi et je dégage ma main gauche, paume vers le haut, en la tirant vers le genou. Rotation du bassin, saisie du poignet de Seme, dégagement de la main saisie, Kote Gaeshi.

    Ushiro Uwate : c’est l’application de l’éducatif, tout simplement.

    Je n’ai pas présenté Ushiro Shitate qui peut laisser perplexe. Et puis, il était temps de passer aux Randori.

     

    Les esprits créatifs survivent toujours aux mauvais traitements. (Anna Freud)

    Randori saisies avant : on s’applique à attaquer dans l’ordre des saisies, une façon de réviser le contenu du cours...


    Randori saisies arrière : le flou n’est pas volontaire, mon APN fait ce qu’il peut et ne s’en tire finalement pas trop mal. On voit Stéphanie saisir en Ushiro Shitate Mélanie qui semble avoir trouvé une solution. C’est bien l’intérêt de ce type de travail : devenir capable de s’adapter à toutes les situations.


    Randori saisies avant et arrière : où il apparaît qu’on attaque plus spontanément en avant.


    Randori libre
    : un petit manque de rythme mais c’est la rentrée.


    Randori bagarre générale
    : c’est la récré après 2 heures studieuses.

    Pour finir, nous partageons la galette des rois. J’hérite de la première fève, un bateau de pêche nommé Don Cabillaud...

    Bilan du cours du 9 janvier 2019

    Nous nous décidons à nous quitter à 22 h passées. Une très bonne soirée.

     

    Histoire d'un Hakama qui fut blanc 

    7e dan FIAB 2011
    2e dan FKSR 1986

    A.照り絵 / 七段 教士 

    mort-de-rire-copie-1.gif

    Oublie tes peines et pense à aimer

    あなたの悩みを忘れて、愛について考える 

    Anata no nayami o wasurete, ai ni tsuite kangaeru

    mort-de-rire

     

     

    « Bonne année 2019Accueil »