• Bilan du cours du 8 février 2017

     

    La formule sacrée du positivisme : l'amour pour principe, l'ordre pour base, et le progrès pour but. (Auguste Comte)

    Un jour de février plus comme les autres, ça fait 2 ans que l’hiver nous fuit : à peine quelques jours d’un froid relativement modeste, une merveilleuse journée de frimas enchanteurs puis revient cet automne qui n’en finit pas, déprimant d’une humidité persistante mais qui ne suffit pas à endiguer la baisse des nappes phréatiques, comment aurait-on pu imaginer des ruisseaux à sec dans le pays de Caux ?
    J’ai un gros souci, une maladie semble frapper les chardonnerets qui viennent fréquenter les mangeoires  toujours bien garnies de graines de tournesol, sur notre terrasse. L’un d’eux, puis un autre, apparaissent tout ébouriffés puis tout gonflés, comme de petits bibendum Michelin. Ils continuent à manger, à voler mais viennent se réfugier sur la bordure de la fenêtre, ne sont plus effarouchés.
    L’un d’eux est mort. Un autre est prostré. À la LPO, on m’a dit que c’est normal, beaucoup de nos passereaux meurent en plein hiver et des épidémies sont à craindre quand ils sont une foultitude comme chez moi.

    Bilan du cours du 8 février 2017

    Bilan du cours du 8 février 2017

    Bilan du cours du 8 février 2017

    En ce qui concerne la maladie de mes petits chardonnerets élégants, il s’agirait de salmonellose, transmise par les fientes, dans l’eau mise à leur disposition ou avec les graines tombées sur le sol.
    Alors, il faut tout laver, désinfecter les mangeoires, ne plus nourrir la multitude de petits affamés pendant 15 à 20 jours.
    Il ne faut pas se laisser aller à la nostalgie ni à la tristesse, il faut garder le sourire, l’enthousiasme, j’ai un cours à donner, je dois offrir 2 heures de plaisir et de culture martiale à mes élèves.

    Bonheur : faire ce que l’on veut et vouloir ce que l’on fait. (Françoise Giroud)

    Stéphanie est ravie. Depuis le temps qu’elle se plaignait que c’étaient toujours les mêmes qui étaient désignés pour diriger l’échauffement, elle voit son vœu le plus cher exhaussé. Elle tient son rôle avec maîtrise et autorité en digne disciple de Mélanie.
    J’ai conçu mon cours de ce soir sur le concept de Chidori (千鳥 tituber, marcher en zigzag). Ce déplacement, connu par les adeptes du Tachi Iai de Katori Shinto Ryu, est tout à fait adapté aux dégagements sur les saisies arrière avec une sensation de poussée. Chidori Ashi (千鳥足 la marche en zigzag) se traduit parfois par la marche de l’ivrogne...
    Nous avons déjà abordé cette notion lors du dernier cours et, il y a quelque temps, avec une sensation différente sur Jyunte Dori. Toutefois, ça n’a pas été bien compris et ni bien appliqué.
    Je précise à mes élèves que ce serait probablement la dernière fois que je traiterai ce sujet car mon genou fatigué manifeste sa réprobation quand il subit ce genre de traitement. J’espère tenir jusqu’à la fin du cours !
    Il faut bien comprendre le sens stratégique de ce déplacement. Tori subit une attaque arrière. En se laissant tomber latéralement, il sort de la ligne d’attaque. La posture de réception, basse avec une jambe dont le genou est en appui dans le creux poplité de l’autre jambe, permet de se relever en pivotant et de se placer en situation de contrôle de l’adversaire.
    Pour cela, je propose un exercice tout simple, du moins apparemment : Uke attaque Tori en Ushiro Eri Dori, Tori bloque la main de Uke en tirant sur ses 2 revers puis esquive en Chidori Ashi, se relève en pivotant et vérifie qu’il est bien en situation de contrôler le bras de Uke. En fait, la vidéo nous révèle que tout n’est pas si simple !

    Ça cherche, ça tâtonne, ça piétine. Ça ne fait pas partie des concepts classiques des Kihon pratiqués en pépère ! Même Mélanie n’entre pas immédiatement dans le jeu. Ce n’est pourtant qu’une simple action de canalisation de la poussée de Uke... D’accord, plus facile à dire qu’à faire mais si je peux le faire, tout le monde peut le faire, non ?

    Celui qui s'applique à la vengeance garde fraîches ses blessures. (Francis Bacon)

    Nous allons donc appliquer cela sur les 3 premières saisies arrière qui s’y prêtent bien. Pour fixer la sensation des rotations successives du bassin, l’application se fera avec Robuse en conclusion.
    Sur Ushiro Eri Dori : application de Robuse. La préparation se fait comme dans l’éducatif précédent.

    Mélanie cherche ses marques au premier essai puis effectue un excellent Nagshi avec le bassin à la sortie du Chidori Ashi.

    Quand nous avons soif, il nous semble que nous pourrions boire tout un océan : c’est la foi. Et quand nous nous mettons à boire, nous buvons un verre ou deux : c’est la science. (Anton Tchekhov)

    Sur Ushiro Uwate : application de Robuse. Sur une tentative d’encerclement, il convient d’attirer Uke sur soi, ce qui s’obtient avec le Chidori Ashi. Simultanément, les bras se soulèvent et la main opposée au sens du déplacement se glisse sous les bras en protection contre un éventuel étranglement. Pour la suite, pas de changement.

    Jeannot fait son numéro puis maîtrise parfaitement son sujet. Kamel surprend par la spontanéité de son dégagement, un bel exemple de fluidité démontré par un personnage très fort et très souple.

    Comment peut-on apprendre à se connaître soi-même ? Par la méditation, jamais, mais bien par l’action. (Gandhi)

    Sur Ushiro Shitate, application de Robuse. J’insiste sur l’action sur les pouces de Uke. Simultanément au Chidori Ashi, Tori tord les mains de Uke en tirant ses bras vers l’avant et maintient ses saisies jusqu’au moment de contrôler le bras de Uke pour appliquer Robuse.

    Curieusement, Kamel est pataud, il tâtonne. Quant à Stéphanie, elle déroule son mouvement lentement et sûrement.

    Parmi les êtres humains, on ne reconnaît pleinement l’existence que de ceux qu’on aime. (Simone Weil)

    Sur Ushiro Shitate, application de Kote Kudaki. Je préconise la forme « antique » qui va révéler une difficulté. Le plus souvent, cette technique s’applique en exerçant une flexion du poignet dans le plan vertical. Ça fait son effet sauf sur Eddy qui semble insensible. Dans son cas, il faut exercer une légère rotation du poignet, paume vers le sol, avant d’agir avec efficacité.

    Même si Kamel émet un soupir de bonheur, Mélanie n’a pas été à l’aise au moment de faire passer le bras de son partenaire devant elle. La synchronisation n’était pas parfaite entre le moment où elle se relève du Chidori Ashi et le passage du bras.

    Fort heureusement, chaque réussite est l'échec d'autre chose. (Jacques Prévert)

    Sur Ushiro Shitate, application de Yuki Chigae.

    Jeannot nous fait une belle démonstration au ralenti que Kamel semble apprécier à sa juste valeur.

    Rien ne s’est fait de grand qui ne soit une espérance exagérée. (Jules Verne)

    Il est 21 h 10, il est plus que temps de passer au Randori. Des groupes de 3, 2 attaques chacun avant de changer de rôle. Toutes attaques et toutes techniques pendant 5 minutes.
    Je crains toujours, à la fin d'un cours, d'avoir passé trop de temps sur chacun des différents exercices, de ne pas avoir assez donné. Ce cours a-t-il répondu aux attentes de mes élèves ? Se sont-ils ennuyés ? Et puis mon inquiétude s'apaise quand j'entre dans le vestiaire où chacun paraît détendu et satisfait de ce moment de partage.

     

    Histoire d'un Hakama qui fut blanc 

    7e dan FIAB 2011

    2e dan FKSR 1986

    A.照り絵 / 七段 教士 

    mort-de-rire-copie-1.gif

    Oublie tes peines et pense à aimer

    あなたの悩みを忘れて、愛について考える 

    Anata no nayami o wasurete, ai ni tsuite kangaeru

    mort-de-rire

     

     

    « Bilan du cours du 25 janvier 2017Bilan du non-cours du 22 février 2017 »