• Bilan du cours du 3 décembre 2014

     

    Mélanie est malade. Stéphanie n’est pas là. Guillaume ressent un gros manque de sommeil. Jeannot ne dit rien mais son visage reflète une profonde fatigue due à des horaires impossibles... Vivement que les jours rallongent !
    Laure-Line et Sébastien sont déjà sur le parking quand j’arrive. Prudemment, ils sont partis très tôt, se suivant de façon à anticiper une panne. Caudebécais échaudé craint l’avarie...
    Nous ne serons que 7 ce soir, car les 3 plus jeunes Kyu sont absents. Peut-être ont-ils craint l’alerte au verglas ?

    On ne peut absoudre celui qui ne se repent pas. (Dante)

    Habituellement, je conçois mes cours pour les plus jeunes et je les adapte, je les enrichis pour les plus anciens de façon que ce soit un cours collectif et individualisé. Ce qui sous-entend que les pratiquants de tous niveaux s’entraînent ensemble, quel que soit le niveau, et en tirent profit.

    Il ne suffit pas de parler, il faut parler juste. (William Shakespeare)

    Le dernier cours avait porté sur la saisie du col de face, Muna Dori ( : poitrine, 取り : prendre) autrefois nommé Mae Eri ( : devant  : col), Dori n’étant pas d’usage dans cette terminologie. Je préfère l’ancienne appellation qui établit une correspondance avec la saisie arrière du col, Ushiro Eri Dori ( : derrière, dos,  : col,  取り : tenir).
    Je vais donc montrer la similitude des actions effectuées sur Mae Eri (Dori) avec celles que nous étudierons sur Ushiro Eri (Dori).
    Une des difficultés de la saisie Mae Eri vient du fait que Uke plie son bras pour contrôler Tori et lui porter un coup : Tori doit donc réagir en s’éloignant pour tendre ce bras.
    Sur Ushiro Eri, Uke peut pousser ou tirer. Suivant le principe de non-résistance, si Uke pousse, Tori avance et si Uke tire, Tori recule... Cependant, mes élèves vont être horrifiés en lisant cela car je me suis basé sur l’hypothèse où Uke tire et j’ai choisi de faire avancer Tori...
    « Une erreur de votre part, Sensei André ? - Que nenni, petit cloporte, il s’agit de faire sentir un des points souvent négligés : le blocage des doigts de Uke entre le col et la nuque de Tori. Dans mon hypothèse de travail, si Tori ne bloque pas correctement les doigts de Uke, celui-ci contrôle sa saisie sans problème. »

    Agis avec gentillesse, mais n'attends pas de la reconnaissance. (Confucius)

    Révision du Te Hodoki de base sur Mae Eri à droite : saisir son revers de la main gauche sous la main de Uke (possibilité de bloquer son petit doigt), effectuer un pas latéral/oblique extérieur de la jambe gauche en portant un atémi du « talon » de la main au visage et en plaçant le bras de Uke dans l’axe. Engager l’épaule droite (sans tourner le dos), monter le bras à la verticale en revenant dans l’axe, contrôler le coude de Uke, porter un atémi dans la côte flottante.

     

    Transférons ces éléments sur Ushiro Eri : saisir ses revers des 2 mains pour bloquer fortement les doigts de Uke contre la nuque en avançant la jambe gauche (pied tourné vers la droite). Maintenir le contrôle des revers avec la seule main gauche et lever le bras droit en effectuant une rotation du bassin. Uke risque une luxation des doigts et ne peut maintenir sa saisie. Tori complète sa rotation de bassin en repoussant le coude de Uke de sa main gauche et porte un atémi du poing droit dans la côte flottante.

    Je ne pense jamais au futur. Il vient bien assez tôt. (Albert Einstein)

    Quand Tori avance le pied gauche, il ne sait pas quelle main Uke utilise pour le saisir, il ne le perçoit qu’en amorçant sa rotation. À ce moment, s’il voit qu’il est saisi de la main gauche, il continue sa rotation en portant un atémi de sa main droite levée, passe sous le bras gauche de Uke en inversant ses mains sur la saisie de ses revers et effectue une rotation inverse, se dégage avec le bras gauche levé, repousse le coude de Uke de sa main droite puis porte un atémi du poing gauche.
    Nous avons là le principe de la séance :
         - nous observons ce qui se passe sur Mae Eri à droite et à gauche
         - nous reportons le principe de l’action sur Ushiro Eri...
         - ... sachant que Tori ne sait pas quelle main Uke a utilisée, il s’adapte dès qu’il le perçoit
         - Tori se dégage toujours en avançant la jambe gauche, il ne sait pas quelle technique va se présenter

    L'échec est l'épice qui donne sa saveur au succès. (Truman Capote)

    Mukae Daoshi : c’est la même situation que pour Mae Eri, déjà décrite la dernière fois.

    Commentaires vidéo : détection du côté faible. Sur saisie de la main gauche, Jeannot ne s’est pas placé en Kiba Dachi pour contrôler le Mukae Daoshi : il aurait dû descendre sur ses appuis en poussant Guillaume dans le dos de façon que sa main gauche soit à hauteur de son épaule.

    L'humanité se divise en trois catégories : ceux qui ne peuvent pas bouger, ceux qui peuvent bouger, et ceux qui bougent. (Benjamin Franklin)

     

    Uke saisit de la main droite : Kote Gaeshi. Tori avance le pied gauche en levant le bras gauche, main en pronation, revers contrôlés dans la main droite. Il effectue un Nagashi pied avant, sa tête passe sous le bras tendu de Uke et sa main gauche saisit la main de Uke en dégageant la saisie. Il se place dans l’axe et porte Kote Gaeshi.

    Uke saisit de la main gauche : Kote Kudaki. Tori avance le pied gauche en levant le bras gauche, main en pronation, revers contrôlés dans la main droite. Il effectue un Nagashi pied avant, sa tête passe sous le bras tendu de Uke et sa main gauche saisit la main de Uke en dégageant la saisie. Il « brosse » le bras de Uke pour le plier et porte Kote Kudaki.

    Commentaires vidéo : l’angle de vue ne permet pas d’observer le « brossage » du bras de Uke pour le plier. Les Yudansha ont enchaîné Kote Gaeshi -> Hiji Mage Hikitate.

    Laure-Line applique sur Jeannot une variante utilisée quand la différence de taille est défavorable au plus petit.

    L'imagination est plus importante que le savoir, car le savoir est limité, alors que l'imagination embrasse l'univers entier. (Albert Einstein)

    Uke saisit de la main droite : Shiho Nage. Tori avance le pied gauche en contrôlant le revers de sa main gauche, main droite en supination. Il effectue un Nagashi pied avant, sa tête passe sous le bras tendu de Uke et sa main droite vient saisir le poignet de Uke en effectuant une torsion pour dégager la saisie. Il tend le bras de Uke et se trouve en opportunité de Shiho Nage.

    Uke saisit de la main gauche : Yuki Chigae. Tori avance le pied gauche en contrôlant le revers de sa main gauche, main droite en supination. Il effectue un Nagashi pied avant, il porte un atémi du revers de la main au visage de Uke, sa tête passe sous le bras tendu de Uke et appuie sa tête contre la main qui tient le col. Sa main saisit en supination et dégage la saisie : la main gauche n'a plus qu'à se placer sur les doigts pour verrouiller Yuki Chigae.



    La poésie est cette musique que tout homme porte en soi. (William Shakespeare)

    Randori

     

    Histoire d'un Hakama qui fut blanc 

    6e dan 2F3A 1991

    7e dan FIAB 2011

    2e dan FKSR 1986

    A.照り絵 / 七段 教士 

    mort-de-rire-copie-1.gif

    Oublie tes peines et pense à aimer

    あなたの悩みを忘れて、愛について考える 

    Anata no nayami o wasurete, ai ni tsuite kangaeru

    mort-de-rire

     

     

    « Bilan du cours du 19 novembre 2014 Bilan du cours du 3 décembre 2014 »