• Bilan du cours du 29 novembre 2017

     

    L'automne est un andante mélancolique et gracieux qui prépare admirablement le solennel adagio de l'hiver. (George Sand)

    C’est beau, ce qu’elle dit, George, mais il a fait toute la journée un temps à ne pas mettre un Budoka dehors. En fait, mercredi dernier, avec mon épouse, nous avons transporté, déplacé et rangé... 144 sacs, de 15 kilos chacun, de granulés de bois. Soit  2160 kilos... Mes vertèbres lombaires n’ont pas apprécié la plaisanterie et, à partir de lundi, j’ai préféré ingérer quelque drogue susceptible de me permettre de faire bonne figure sur le Tatami.
    Tout est tranquillement engourdi quand je prends la route du Dojo, prêt à m’engager sur des routes luisantes de la pluie et des cohortes de phares mal réglés.
    Le parking est bondé, pas de quoi améliorer mon humeur. Ce sera un cours confidentiel. Jeannot est en stage de formation. Stéphanie a des soucis de santé. Rémy prépare un partiel. D’autres n’ont pas donné de nouvelles.

     

    Deux personnes qui se regardent dans les yeux ne voient pas leurs yeux mais leurs regards. ‘Robert Bresson)

    Sylvain est un jeune Yudansha... bientôt quinquagénaire ! Il a travaillé très fort, avec beaucoup d’assiduité malgré une lourde opération de la hanche. Rien de tel pour l’aider à progresser que de le désigner comme Uke. En attendant, je lui confie l’échauffement. Puis nous entrons dans le vif du sujet.
    Je pense que l’essence de notre Art est le mouvement qui est engendré par l’esquive canalisation.
    Je suis très exigeant en ce qui concerne le comportement de Uke. Il doit attaquer avec l’intention d’attaquer ! En distance Ma, notre distance de prédilection, il fait un pas et un seul pour porter son atémi ou sa saisie. Si Tori ne réagit pas, Uke reprend son équilibre et enchaîne une attaque. Il n’anticipe pas, il ne chute pas s’il n’est pas déséquilibré. Avec les années qui passent, on oublie que cet apprentissage était si difficile. Sylvain va donc mettre à l’épreuve ses craintes et ses conditionnements.
    L’esquive canalisation peut se concevoir comme l’apprentissage d'une chorégraphie fluide, avec un partenaire complaisant. Mais on découvre au fil des années qu’il s’agit d’un art redoutablement efficace contre un adversaire qui attaque sans complaisance.
    J’ai démontré avec Guillaume le De Ashi Barai, cette technique de Judo qui consiste à balayer le pied de l’adversaire qui avance. Guillaume, surpris, s’est envolé. Cette technique est très difficile à apprendre, à mettre en œuvre au cours d’un Randori ou en compétition où, bien appliquée, elle est redoutable.
    Il en est de même pour notre esquive canalisation qui diffère du Judo en ce sens qu’on n’agit pas dans le but de porter une technique mais que la technique s’offre à la fin de la canalisation.
    L’image donnée au spectateur diffère en fonction de nombreux paramètres. Un pratiquant bréviligne, aux membres courts et musclés, rechignera à pratiquer ce qui lui paraît une grande chorégraphie alors que le longiligne, grand et mince, ne sera pas à l’aise dans des mouvements courts et puissants. Quant à moi, j'avais été noté médioligne harmonieux par les médecins militaires, ça fait toujours plaisir, et je pense que pour qui sait « voler la technique », le fond est le même, de toute évidence.

     

    On voyage pour changer, non de lieu, mais d'idées. (Hippolyte Taine)

    Depuis la rentrée, j’ai fait travailler l’esquive canalisation  sur une application très particulière de Jyunte Dori que j’avais abordée en 2010 pour illustrer la notion de Te no Michibiki dont une photo m’a été courtoisement « empruntée » et décapitée récemment...

    Bilan du cours du 29 novembre 2017

    Not’ bon Sensei l’avait remise à l’honneur à Lembrun en 2015 :

    En 2017, il nous a proposé une forme « symétrique » sur Dosokute Dori. Ce soir, je vais reprendre ces 2 formes de canalisation à titre d’éducatif en insistant tout particulièrement sur Dosokute Dori.

     

    De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure. (Anatole France)

    Nous avions étudié cette canalisation avec Ura Mukae Daoshi en finale. Guillaume a repris cette forme par réflexe. J’ai demandé de revenir dans l’axe et de canaliser Uke dans cet axe...

    ...ce qui est fait.

     

    Un conducteur dangereux, c’est celui qui vous dépasse malgré tous vos efforts pour l’en empêcher… (Woody Allen)

    L’application sur Dosokute Dori se limite à une rotation du bassin. Simple mais contraignant car il faut oublier quelques conditionnements. Si Tori entre Irimi (action réflexe d’un léger pas glissé pour faciliter la rotation du bassin), Uke se trouve en opportunité de Kaeshi Waza. S’il effectue Nagashi, Uke pose le pied avant en préservant sa stabilité. Simple rotation du bassin, donc, ce qui n’est pas si simple !

    Le mouvement semble réussi mais on observe que le pied arrière ne suit pas la rotation du bassin et Mélanie tourne sur elle-même en fin de poussée.

    Guillaume joue sur la flexion des jambes, au cours de sa rotation, il se relève et place Mélanie en déséquilibre sur la pointe des pieds. Il pourrait la projeter.

     

    La société de masse ne veut pas la culture mais les loisirs. (Hannah Arendt)

    L’éducatif que je propose ensuite consiste à alterner Jyunte et Dosokute Dori afin de sentir l’action de la main saisie (Te no Michibiki vers le bas ou vers le haut) et l’action du bassin qui entraîne la canalisation dans l’axe.

    Dans la séquence que j’ai conservée, Guillaume cède encore à l’attrait de Ura Mukae Daoshi. Ce n’est pas une erreur, c’est une possibilité...

     

    Après le pain, l'éducation est le premier besoin d'un peuple. (Georges Jacques Danton)

    Après un éducatif assez contraignant, l’application en Wa no Seishin devient évidente :

    Le passage au ralenti permet de constater le travail sur les jambes et la rotation du bassin. Dans le premier essai, Guillaume, sur mes conseils, tient le nœud de sa ceinture pour sentir la mobilisation de son bassin. Le second essai permet d'apprécier l'entrée, la canalisation et l'engagement du corps dans la projection.

     

    Quel crime avons-nous fait pour mériter de naître ? (Alphonse de Lamartine)

    Application Do Gaeshi. Après avoir ramené Uke dans l’axe, Tori poursuit sa canalisation vers l’épaule extérieure de Uke. Il glisse son bras libre sous le bras de Uke. Son intention est que son bassin percute le bassin de Uke pour prendre sa place. Le mouvement de Guillaume est de très bonne facture malgré une légère hésitation au moment de placer sa hanche et un petit glissement du pied avant à l'entrée du côté gauche.

    Guillaume est taquin et, quoique longiligne et élégant, il pèse son poids, ce que Mélanie perçoit à ses dépens à son premier essai où elle n’avait pas suffisamment canalisé son partenaire et se retrouvait un peu loin. Elle s’est manifestement bien reprise par la suite !
    La bande son s’est curieusement désynchronisée avec le ralenti. Une bizarrerie de mon petit logiciel de montage (Avidemux).

     

    Si vous voulez la liberté, prenez-la, n'attendez pas qu'on vous la donne. (Bernadette Lafont)

    Tori se relève plus que précédemment, il peut placer Mukae Daoshi qui se présente à la fin du mouvement.. Je le fais travailler sur 2 formes : en accompagnant Uke en roulade arrière puis en immobilisation. Tori doit descendre en Kiba Dachi en accompagnant Uke qui glisse le long de sa jambe et chute sur le flanc : sur le dos, il peut porter un coup de pied au visage de Tori. Dans le premier cas, il donne une impulsion vers l'extérieur en poussant Uke. Dans le second cas, il contrôle le visage et porte une clé de cou. Avec l'autre bras, il contrôle le bras de Uke avec un armlock.
    Je demande à Guillaume d’éviter ce geste inélégant et inefficace de poser sa main sur le dessus de la tête de Mélanie.

     

    J’aime ce qui me nourrit : le boire, le manger, les livres. (Etienne de La Boétie)

    J’explique souvent que pour bien comprendre un mouvement, il faut l’exécuter comme un Wa no Seishin. C’est ce que j’ai demandé pour cet exercice. Guillaume pose plus que jamais la main sur la tête de Mélanie. Il est conscient du fait que c’est une mauvaise habitude qui l'empêche d'exercer un contrôle serré et de renverser Mélanie.
    C’est l’avant-bras qui enserre latéralement la tête de Uke, la main poussant la paume vers le sol, pour conduire Uke sur le flanc. On constate qu’en serrant avec une action du coude, on obtiendrait une luxation de la nuque dans le plan latéral.

     

    L'autorité ne va pas sans prestige, ni le prestige sans l'éloignement. (Charles de Gaulle)

    Si Tori effectue une traction du bras de Uke dans l’axe, il a l’opportunité de porter Kote Gaeshi. Nous nous sommes limités à la forme flexion exécutée sous forme technique puis en recherchant le Wa no Seishin. Il faudrait consacrer plus de temps à l’application des formes Ue, Shita, Koshi et Neji qui se placent en fonction de la position de Uke à la fin de la canalisation.

     

    Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants ; c'est l'indifférence des bons. (Martin Luther King)

    Je demande à Guillaume et Mélanie de nous présenter un bilan du cours, ce qui me permet de prendre les vidéos qui illustrent cet article. Ensuite, nous nous accordons un petit Randori pour conclure l'entraînement.

     

    Ce que je ferai, ce sera l'impression de ce que j'aurai ressenti. (Claude Monet)

    J‘ai été très bavard pendant ce cours (comme en rédigeant cet article...). J’ai effectué de nombreuses digressions pour préciser des points de notre histoire, évoquer l’évolution de notre Art depuis l’antique Jujutsu jusqu’à l’Art de l’Aïki, l’esquive canalisation.
    J’aborde peu d’exercices, d’applications techniques, je scrute tous les détails possibles, j’essaie d’expliquer toutes les sensations nécessaires.
    J’ai dit à mes élèves qu’ils pouvaient protester si je parlais trop, qu’ils pouvaient réclamer si le temps passé sur un exercice leur paraissait trop long.
    Ça semble leur convenir même si c'est parfois difficile. Ça me rassure !

     

    Histoire d'un Hakama qui fut blanc 

    7e dan FIAB 2011
    2e dan FKSR 1986

    A.照り絵 / 七段 教士 

    mort-de-rire-copie-1.gif

    Oublie tes peines et pense à aimer

    あなたの悩みを忘れて、愛について考える 

    Anata no nayami o wasurete, ai ni tsuite kangaeru

    mort-de-rire

     

     

    « De la courtoisieDistraction catastrophique »