• Bilan du cours du 21 octobre 2015

     

    L'amitié n'exige rien en échange, que de l'entretien. (Georges Brassens)

    Pas de doute, nous sommes aux portes de l’hiver ! Il fait sombre dehors, sombre et humide, évidemment... et pas de lumière dans le Dojo. En fait, la gym féminine se fait à la bougie et les élèves tardent à arriver. Guillaume, quant à lui, délaisse le cours pour s’abandonner aux agapes familiales. Finalement, nous nous découvrirons 9 quand Kamel, malin, réussit à rétablir l’éclairage.

    Bilan du cours du 21 octobre 2015

     L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit. (Aristote)

    Sébastien est de retour, un peu inquiet de mes habitudes de transmettre de petits potins... Sa Fanchon lit les comptes-rendus des cours et si, la dernière fois, il avait fait une escapade au lieu d’être malade comme il me l’avait annoncé, Fanchon l’aurait su et lui aurait lacéré le visage de ses ongles furieux.
    Pour le consoler et le rassurer, je lui confie l’échauffement suivi du rôle d’assistant. Il me semble alors que son sourire radieux se crispe quelque peu. Peut-être n’est-ce qu’une impression...

    Bilan du cours du 21 octobre 2015

    Agir librement, c'est reprendre possession de soi. (Henri Bergson)

    Échauffement tonique, énergique, plein d’autorité mais quelque peu éloigné de -> la fiche <-... Belle démonstration de chutes et roulades, le groupe est prêt à entrer dans le cours proprement dit.
    Mon projet est de bien fixer les connaissances sur O Irimi (Tsuki Chudan) et O Irimi (Tsuki Jodan) : tomber sur l’attaque, déplacement en fonction de la distance, canalisation et techniques adaptées à ces formes de canalisation. Ensuite, Tori changeant sa garde, quelle stratégie appliquer sur une entrée intérieure.
    La suite montrera qu’on prévoit toujours plus qu’on ne peut faire, ce qui permet de déjà connaître le contenu du prochain cours.

    Bilan du cours du 21 octobre 2015

     Quand un philosophe me répond, je ne comprends plus ma question. (Pierre Desproges)

    Après l’échauffement, nous reprenons des exercices déjà rabâchés mais, l’expérience le montre, il est bon de répéter et encore répéter et répéter encore jusqu’à ce qu’ils soient mémorisés intellectuellement et corporellement et enfin compris.
    Nous avons connu à l’école primaire de ces élèves qui connaissaient leurs règles de grammaire par cœur mais qui, en fait, n’y comprenaient mot et étaient donc incapables de les appliquer malgré toute leur bonne volonté.
    Il en est de même avec nos éducatifs, ce sont des « règles » bien difficiles à appliquer !

    Bilan du cours du 21 octobre 2015

     Tout âge porte ses fruits, il faut savoir les cueillir. (Raymond Radiguet)

    O Irimi Tsuki Chudan : chute sur l’attaque en avançant la jambe arrière, la main intérieure contrôlant l’attaque, rotation/esquive du bassin qui permet à la main extérieure de saisir le bras de Uke et entraîne la jambe arrière dans sa rotation. Travail effectué en ligne.



    N’oublie pas qu’un saint est un pêcheur qui cherche à s’améliorer. (Nelson Mandela)

    L’important est évidemment la maîtrise de la distance qui permet la meilleure canalisation de Uke. Une rotation supplémentaire du bassin permet de porter un atémi du coude dans le dos de Uke. L’atémi est porté avec la rotation du bassin, pas avec une action de l’épaule qui désaxe Tori et compromet sa stabilité : Uke est poussé et Tori est parfaitement équilibré.

    L’exercice n’est pas assez pratiqué dans les clubs : manque de fluidité dans l’exécution trop mécanique. Les exercices de canalisation doivent être systématiquement inclus dans l’échauffement.

     

    Que règne la liberté. Car jamais le soleil ne s’est couché sur réalisation humaine plus glorieuse. (Nelson Mandela)

    Je fais pratiquer l’exercice par groupes de 3. C’est un classique, Uke 1 attaque à droite, Uke 2 attaque à gauche. Uke et Tori sont en garde inverse. Tori effectue O Irimi puis porte l’atémi dans le dos, déroule la dernière rotation et se retrouve en nouvelle garde.

    Mais voilà, quand 2 partenaires s’emmêlent entre la droite, la gauche et la notion de garde opposée, ça cafouille singulièrement ! Qu'on se rassure, ça va se corriger dans le courant du cours.

    Nous travaillerons ensemble pour soutenir le courage là où il y a la peur, pour encourager la négociation là où il y a le conflit, et donner l'espoir là où règne le désespoir (Nelson Mandela)

    L’exercice peut évoluer vers la canalisation classique. C’est l’application décrite ci-dessus : chute sur l’attaque en avançant la jambe arrière, la main intérieure contrôlant l’attaque, rotation/esquive du bassin qui permet à la main extérieure de saisir le bras de Uke et entraîne la jambe arrière dans sa rotation.

    Sébastien veut à tout prix saisir le bras de Uke avec sa main droite ! Ce n’est qu’à la dernière attaque de Stéphanie qu’il lui saisit le bras correctement. Ce sont des blocages dus à un apprentissage mécanique : notre Art est avant tout l’Art de s’adapter à toutes les situations grâce à l’esquive/canalisation appliquée en fluidité. C’est en fait la définition du concept de Aïki donnée par Kondo Katsuyuki Sensei lui-même... Alors....

    Souvent, les révolutionnaires d'autrefois ont succombé à l'appât du gain, et se sont laissés prendre à la tentation de confisquer des ressources publiques pour leur enrichissement personnel. (Nelson Mandela)

    Et c’est reparti pour un travail en ligne, cette fois sur O Irimi Tsuki Jodan. Tori tombe en avançant le pied avant et contrôle l’attaque avec le bras intérieur, semi tendu à hauteur de l’épaule. Le pied arrière rattrape le pied avant (il se place légèrement devant), tourné vers l’intérieur ce qui autorise une rotation aisée du bassin qui entraîne la jambe arrière. La main qui a contrôlé l’attaque peut ainsi saisir le bras qui attaque pour assurer la canalisation.
    Tout est question de distance. En glissant en avant, le pied avant se place relativement à la même place que le pied arrière sur l’attaque Chudan, c’est donc à cet emplacement que doit s’effectuer la rotation du bassin. Si le pied arrière se pose loin devant, à l’issue de la rotation, Tori a dépassé Uke et ne peut plus canaliser son attaque.

    On voit que Sébastien ne tombe pas, il tend à monter et effectue un mouvement saccadé. Le pied doit glisser sur le Tatami, en poussée sur l’avant. La main reste à hauteur de l’épaule et esquive l’attaque par une simple rotation, pas en repoussant le bras de Uke.

    Le baiser est la plus sûre façon de se taire en disant tout. (Guy de Maupassant)

    Même exercice à 2 avec rotation complémentaire permettant l’atémi du coude.

    On voit ici qu’à force de répétition la fluidité gagne peu à peu dans l’exécution du mouvement, on s’éloigne enfin du travail en force... qui ne fonctionne que sur moins fort que soi !

    La modeste et douce bienveillance est une vertu qui donne plus d'amis que la richesse et plus de crédit que le pouvoir. (Comtesse de Ségur)

    Et même exercice en canalisation avec 2 partenaires.

    Sébastien se concentre sur l’action de ses bras et... oublie l’objectif de l’exercice : entrer en avançant le pied avant. En fait, il est statique et reçoit les attaques au lieu d’aller au devant. Du chemin reste à parcourir avant de percevoir le Tai no Sen.

    La critique est la puissance des impuissants. (Alphonse de Lamartine)

    Il est temps de passer aux applications. Je demande donc à Sébastien d’effectuer O Irimi Tsuki Chudan puis d’appliquer la technique la plus évidente à l’issue de la canalisation. En fait, je lui propose de porter Kote Gaeshi Shita. Il s’agit d’un enroulement du poignet en tirant Uke vers l’avant pour l’amener à plat ventre. À ce moment, une légère torsion du poignet fait partir Uke sur le dos en « roulade latérale ». Ce Kote Gaeshi peut être très douloureux, il doit donc s’effectuer à l'issue d'une canalisation très fluide.

    Difficile vraiment d’effectuer le O Irimi complet ! Sébastien porte un armlock plutôt sévère au lieu de canaliser. Et comme j’ai suggéré une légère torsion à la fin de l’exercice, mon Kote Gaeshi Shita devient Neji Kote Gaeshi ! J’ai laissé mes exclamations et mes protestations dans le montage vidéo afin que chacun d’entre vous, mes chers lecteurs, prenne conscience de la pénibilité de la fonction d’enseignant.

    Encore que... Quelques minutes plus tard, tout semble se mettre en place. Pas si mal, finalement.

    Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. (Benjamin Franklin)

    Encore que... Quand nous passons à O Irimi Tsuki Chudan, tout s’effondre de nouveau. Autant Harold que Sébastien, tous deux pataugent en rétropédalant !
    Difficile de faire comprendre à son corps que ce n’est pas Tori qui se déplace autour de Uke mais Uke qui est entraîné autour de Tori. Et cela se fait grâce... à la canalisation et la canalisation s’obtient avec... la rotation du bassin. Bien répondu.
    La poussée finale peut s’obtenir soit avec une poussée de la main dans le creux du bras de Uke soit avec le passage de la tête qui pousse le bras de Uke. Pour l’apprentissage, je préfère l’action de la main, le passage de la tête entraîne souvent chez Tori un placement du corps en oblique, perte de la verticalité, perte du contrôle, perte de la canalisation... contre de la part de Uke !

    Bon, ce qui devrait se faire en fluidité et avec aisance se fait en force et avec beaucoup d’efforts ! Sensei pas content, on l’entend !

    La véritable amitié sait être lucide quand il faut, aveugle quand elle doit. (Francis Blanche)

    Il est trop tard pour passer à l’entrée intérieure. Nous passons au Randori, occasion de se détendre...

    Les erreurs classiques reprennent leurs droits et le Sensei proteste. En fait, si on regarde bien, au loin, Stéphanie exécute un très bon mouvement sur Mélanie. Ensuite Harold se met au diapason. Tous les espoirs sont permis. En fait, ils progressent à vue d’œil mais si je le leur dis, ils vont devenir prétentieux.

    Bilan du cours du 21 octobre 2015


     Qui néglige les marques de l'amitié, finit par en perdre le sentiment. (William Shakespeare)

    Sébastien m’a dit que Fanchon aimait les citations alors j’en ai mis un peu plus que d’habitude. Certaines lui sont plus particulièrement destinées, saura-t-elle les trouver ?

     

    Histoire d'un Hakama qui fut blanc 

    6e dan 2F3A 1991

    7e dan FIAB 2011

    2e dan FKSR 1986

    A.照り絵 / 七段 教士 

    mort-de-rire-copie-1.gif

    Oublie tes peines et pense à aimer

    あなたの悩みを忘れて、愛について考える 

    Anata no nayami o wasurete, ai ni tsuite kangaeru

    mort-de-rire

     

     

    « Bilan du cours du 7 actobre 2015Bilan du cours du 4 novembre 2015 »