• Bilan du cours du 18 mai 2016

     

    Toutes les plantes sont nos frères et sœurs. Ils parlent de nous et si nous écoutons, nous pouvons les entendre. (proverbe Arapaho)

    Bilan du cours du 18 mai 2016

    Bilan du cours du 18 mai 2016

    Une superbe semaine couronnée par la floraison des cerisiers, roses dans la rue et blancs dans le jardin. Floraison éphémère… 桜花… et puis c’est le retour du vent froid et de la pluie. Alors, la rue s’est retrouvée jonchée de neige rose.
    Je pars de chez moi sous une petite pluie modérée par le programme de Jazz de France Musique. Devant le Dojo, le parking aurait des places libres si un camion n’avait fait fi de l’interdiction aux moins de 3,5 t. Je n’ai plus qu’à me rabattre sur mon emplacement de secours. Qu’importe, il ne pleut plus.
    En rejoignant le Dojo, je vois la haute silhouette de Jeannot qui bâille longuement. Il m’avoue avoir une nature à bâiller souvent. Nous évoquons les bienfaits du bâillement, pour évacuer le stress ou pour se relaxer après un travail intellectuel intense.

     

    N’ayez pas peur d’avoir envie de pleurer. Cela permettra de libérer votre esprit des pensées négatives. (proverbe Hopi)

    Mélanie est aux limites de l’implosion, Franck, Stéphane, Sylvain et son fils n’ont pas donné signe de vie. Ils sont donc 8 présents au salut. En s’agenouillant, Sébastien me regarde… 1, 2, 3 soleil ! « C’est toi qui dirigeras l’échauffement », lui dis-je en prétendant qu’il m’a adressé un regard implorant. Jeannot et Guillaume ricanent. « Vous trouvez ça drôle ? – Non, Sensei... », ça fait rire Béatrice : « Tu trouves ça drôle ? – Non, Sensei... », et voilà, c’est réglé, le cours peut commencer.

     

    Lorsque nous montrons notre respect aux autres êtres vivants, ils nous répondent avec respect. (proverbe Arapaho)

    J’ai construit mon cours sur le thème de Ryote Dori. Pour commencer, nous révisons Oshi Kaeshi :

    - forme « musculation », Uke est neutre et se comporte comme une planche.
    - forme classique en continu
    - forme classique en ressaisissant alternativement
    - forme en déplacement, travail du Tsugi Ashi

     

    Dis-moi et j’oublierai. Montre-moi et je me souviendrai. Implique-moi et je comprendrai. (proverbe tribu inconnue)                                               

    Uke et Tori sont en Ai Hanmi, Hidari Kamae pour commencer. Uke avance le pied droit pour saisir Tori en Ryote Dori. Au moment où il va poser le pied sur le tatami, Tori recule le pied gauche en canalisant l’intention de saisie de Uke... situation de Machi no Sen. Tori a attendu l'attaque de Uke pour s'insérer dans le mouvement.
    Nous avons étudié des exercices analogues. Dans le cas présent, la canalisation se fait « sous » la main de Uke, c'est avec le tranchant de la main, le petit doigt crochetant la paume de Uke, que Tori canalise son partenaire. Ensuite, il effectue Henka en poussant le bras extérieur dans l’épaule.
    Attention : si la canalisation est mal contrôlée, Uke n’a aucune raison de maintenir sa saisie mais si Uke ne manifeste pas de réelle intention de saisir, Tori n’a aucune raison de tenter de canaliser, il lui suffit d’appliquer une bonne gifle à son partenaire tout mou.

     

    Il est préférable d’avoir moins de tonnerre dans la bouche et plus de foudre dans la main. (proverbe Apache)

    Passons de la forme Wa no Seishin (sans saisir) à la forme technique (avec saisie). Nous partons de la même situation.
    Au moment où Uke va poser le pied au sol et appliquer sa saisie, Tori recule en saisissant en pronation sous le poignet de Uke qui subit un fort déséquilibre avant. Tori effectue Henka en poussant le bras extérieur dans l’épaule... Sébastien s’envole et se relève éberlué. Pas de doute, si les conditions sont remplies, c’est efficace !

    La projection est spectaculaire mais ce n’est pas tout à fait ça : tous les deux reculent avec une légère rotation du bassin. Le recul doit s’effectuer en ligne, comme pour amener Uke à plat ventre. La poussée ne fait qu’accentuer le déséquilibre et provoquer la projection.

     

    Lorsque nous montrons notre respect aux autres êtres vivants, ils nous répondent avec respect. (proverbe Arapaho)

    Pour cet exercice, après le premier déséquilibre avant, Tori reprend le poignet extérieur par-dessous en supination et, pendant le Henka, lance le bras correspondant vers l’avant en présentant un léger obstacle du bassin : Uke est projeté sous une forme de Koshi Nage « flottant ».

    Nous observons ici les tâtonnements de Jeannot et Sébastien. Jeannot ne synchronise pas encore le bassin et les épaules et il est parasité par la forme Kata de Koshi Nage. Dans un premier temps, il recule la jambe après la projection alors qu’il devrait être en poussée. Ensuite, il s’effondre parce que la jambe arrière est faible.
    Quant à Sébastien, il descend le genou au sol puis se relève, il cherche à charger alors qu’il faut faire passer.
    Bien sûr, après les explications et les corrections nécessaires, ils ont réussi l'exercice. Mais ça ne sert à rien de présenter de trop beaux mouvements, c'est sur les erreurs que se construit la progression.

     

    Qui se couche avec des chiens, se lève avec des puces. (proverbe Blackfoot)

    Nous passons ensuite à une révision rapide des Te Hodoki sur Ryote Dori. Nous distinguons 3 formes :

    - une main dessus, une main dessous
    - les 2 mains dessous (pour essuyer la table, commente Béatrice)
    - comme Jyunte Dori.

     

    Qu’est-ce que la vie ? C’est le flash d’une luciole dans la nuit. Et le souffle d’un buffle en hiver. Et la petite ombre qui court dans l’herbe et se perd au coucher du soleil. (proverbe Blackfoot)

    Commençons avec la forme de base du Te Hodoki. Les 2 partenaires sont toujours en Ai Hanmi Hidari Kamae.  Tori effectue un premier O Irimi pour canaliser Uke et contrôler ses mains. Premier pas du second O Irimi, il contrôle le coude en transférant son poids sur le pied avant donc sur le coude poussé vers le sol. Second pas, il tire le poignet vers sa hanche en accentuant la poussée sur le coude vers le sol : Uke est à plat ventre, Tori n’a plus qu’à effectuer une légère rotation du bassin pour poser son genou sur l’épaule de Uke. « Vous avez dit Robuse ? Oui, bien sûr. »

    Pas mal, n’est-il pas ?

     

    Lorsque vous êtes né, vous avez pleuré et le monde s’est réjoui. Vivez votre vie de manière à ce que quand vous mourrez, le monde pleurera et vous vous réjouirez. (proverbe Cherokee)

    Continuons avec cette forme de base. Tori effectue un premier O Irimi pour contrôler les 2 mains. Premier pas du second O Irimi, sa main extérieure vient saisir le poignet de Uke par-dessous. Second pas, il tire sur le bras de Uke pour l’allonger et le replacer dans l’axe, poignet en flexion. Il ne reste plus qu’à porter Neji Kote Gaeshi.

    Ces 2 excellents pratiquants doutaient de leur aptitude à porter Kote Gaeshi…

     

    Ceux qui ont un pied dans le bateau et l’autre sur la rive finiront par tomber dans la rivière. (proverbe Tuscarora)

    Continuons en « essuyant la table ». Cette option est délicate, il faut canaliser Uke sans lui donner l’opportunité de lâcher.
    Premier O Irimi : Tori canalise Uke et pose sa main extérieure sur la main extérieure de Uke.
    Second O Irimi : il saisit cette main qu’il place dans un plan vertical, petit doigt vers le haut. Flexion du poignet dans le plan du bras, voilà un Kote Kudaki « historique » qui fait frémir !
    Un peu plus de souplesse et d’élégance permet de placer un Kote Kudaki sous sa forme actuelle. « Souple et élégant, c’est vite dit... », protestent mes jeunes gens auxquels je fais sentir la souplesse et l’élégance du mouvement.

    Hmmmmm !

     

    Notre premier professeur est notre propre cœur. (proverbe Cheyenne)

    Rien de tel qu’un bon Randori après un bon cours. Nous avions totalement oublié qu’il avait plu pendant presque toute la soirée.

     

    Histoire d'un Hakama qui fut blanc 

    6e dan 2F3A 1991

    7e dan FIAB 2011

    2e dan FKSR 1986

    A.照り絵 / 七段 教士 

    mort-de-rire-copie-1.gif

    Oublie tes peines et pense à aimer

    あなたの悩みを忘れて、愛について考える 

    Anata no nayami o wasurete, ai ni tsuite kangaeru

    mort-de-rire

     

     

    « 75 balais : tout ça pour ça...Bilan du cours du 1er juin 2016 »