• Autorité et anarchie

     

     
    Dans La Forêt d’Émeraude, Wanadi, le chef amérindien de la tribu des Invisibles dit : « Si je dis à quelqu'un de faire ce qu'il ne veut pas faire, je ne suis plus le chef. »

    Autorité et anarchie

    On associe le concept de chef à celui d’autorité et l’absence d’autorité à la notion d’anarchie. Il en est ainsi de professeurs d’Arts Martiaux qui disposent d’un charisme musclé et s’imposent grâce au volume de leurs biceps et de leurs pectoraux.
    Je ne vois pas la nécessité de m’imposer si ce que j’ai à proposer en vaut la peine. Sinon, mieux vaut que je reste chez moi ! À quoi bon essayer de convaincre quelqu’un bardé de certitudes ?

    Autorité et anarchie

    « S’il n’y a pas d’autorité, c’est l’anarchie ! », affirme le bon sens commun. Si je n’ai pas besoin de craindre les gendarmes pour ne pas me comporter en délinquant de la route, s’il me paraît naturel de vivre en harmonie avec mes voisins, si je n’apprécie pas plus de donner des ordres que d’en recevoir, suis-je un anarchiste ? Même si mes écrits ne font pas nécessairement autorité auprès de tous les lecteurs ?
    Il m’apparaît nécessaire de redonner à ces mots, autorité et anarchie, leur sens originel, de les débarrasser des scories dont les a entachés une utilisation souvent mal intentionnée parce que mal comprise. Pour cela, je vais puiser à des sources qui font... autorité.

    Le mot AUTORITE vient du verbe augere qui signifie accroître, augmenter, développer.
    Une autorité accroît les capacités d'action ou de connaissance de ceux qui l'entourent, un auteur augmente notre patrimoine en créant une œuvre.
    Ni autoritarisme, ni pouvoir, l'autorité s'exerce principalement dans l'éducation et le leadership. Dans tous les cas, l'autorité ou l'auteur évoque une fécondité valorisante, une créativité qui fait croître.

    On retrouve dans ce sens les expressions actuelles :
    Il fait autorité (s'agissant d'un expert), il a de l'autorité (il inspire le respect), autorités morales ou hautes autorités (pour des groupes ou des institutions qui se veulent vénérables).

    Autorité et anarchie

    Auctor, c'est « celui qui accroît, qui fait pousser, l'auteur ». Celui qui détient l’autorité doit user de ce pouvoir pour permettre à ceux qui y sont soumis de croître et de prospérer.
    L'autorité au sens initial du terme c'est être soi-même l'auteur de ses actes pour permettre à l'autre de le devenir.
    L’autorité est le pouvoir d’obtenir, sans recours à la contrainte physique, un certain comportement de la part de ceux qui lui sont soumis.

    Autorité et anarchie

    Pour l'enseignant, s'approprier une autorité ce n'est pas s'approprier un pouvoir. En excluant l’intervention de la force, cette définition fait ressortir le caractère psychique qui s’attache au phénomène d’autorité.
    Elle souligne également le fait qu’il s’analyse nécessairement dans un rapport entre la source de l’autorité et le sujet dont elle influence la conduite.
    C’est dire que l’assise psychique de l’autorité ne peut être découverte par la seule analyse des psychologies individuelles.
    Elle se situe dans une relation entre le commandement et l’obéissance, ce qui permet de considérer l’autorité comme un phénomène social.
    L'autorité "normale" se pense en terme de responsabilité et non d'autoritarisme.

    Autorité et anarchie

    Sans l'autorité d'un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L'autorité d'un seul, c'est un crime.   [Louise Michel]

    Pour avoir quelque autorité sur les hommes, il faut être distingué d'eux. Voilà pourquoi les magistrats et les prêtres ont des bonnets carrés.   [Voltaire]

    Je croyais que le grade donnait de l'autorité : il en ôte.   [Jules Vallès]

    Tout ce qui est l'autorité me donne envie d'injurier.   [Paul Léautaud]

    Autorité et anarchie

    L’anarchie (du grec αναρχία / anarkhia, composé de an, préfixe privatif : absence de, et arkhê, commandement, ou « ce qui est premier ») désigne la situation d’une société où il n'existe pas de chef, pas d'autorité unique. Il peut exister une organisation, un pouvoir politique ou même plusieurs, mais pas de domination unique ayant un caractère coercitif. L’anarchie peut, étymologiquement, également être expliquée comme le refus de tout principe premier, de toute cause première, et comme revendication de la multiplicité face à l’unicité. Son symbole se traduit par un A inscrit dans un O.

    Le mot anarchie est souvent employé comme un repoussoir par des personnes considérant essentiel le principe fondamental d’autorité pour indiquer une situation de désordre, de désorganisation, de chaos, sur la base de l’hypothèse implicite que l’ordre nécessiterait une hiérarchie. On retrouve déjà dans le Littré (le mot est très peu usité avant le XVIIe siècle) la définition de l’anarchie comme « absence de gouvernement, et par suite désordre et confusion ». Par extension, ce sont toutes les formes de trouble et de désordre qui sont appelées anarchie ; c’est cette façon d’employer le mot qui prévaut dans l’usage courant, comme dans la plupart des dictionnaires. Le poète Armand Robin (1912-1961) définit « l'anarchiste » comme celui qui est « purifié volontairement, par une révolution intérieure, de toute pensée et de tout comportement pouvant d'une façon quelconque impliquer domination sur d'autres consciences ».

    Autorité et anarchie

    Le mot correct pour une situation de désordre social, sans lois, sans règles, où les différends se régleraient par la seule violence physique (armée ou non), est l’anomie. L’anomie est une dissolution des normes sociales, règles, lois, coutumes : cette situation peut être liée à une volonté de domination réciproque de plusieurs pouvoirs concurrents, à une réaction de désespoir (L'anarchie est la formulation politique du désespoir, Léo Ferré) face à une société moribonde.
    À ce sujet, bien que « anomie » soit mieux adapté, le terme « anarchie » est utilisé systématiquement par les pouvoirs pour indiquer une situation politique qu’ils ne maîtrisent pas (et qu’ils désireraient maîtriser), où leur pouvoir politique est en difficulté.

    Autorité et anarchie

    L’anarchie aux yeux des anarchistes n’est pas un chaos, mais la situation harmonieuse résultant de l’abolition de l’État et de toutes les formes de l’exploitation de l’humain par l’humain, « c'est l'ordre sans le pouvoir », « la plus haute expression de l'ordre (Élisée Reclus) ». Fondée sur l’égalité entre les individus, l’association libre, bien souvent la fédération et l’autogestion, voire pour certains le collectivisme, l’anarchie est donc organisée, structurée, sans admettre pour autant, aux yeux des anarchistes anticapitalistes, de principe de supériorité quelconque de l'organisation sur l'individu.

    Autorité et anarchie

    On peut noter que chez tous les anarchistes la qualité indispensable est la responsabilité individuelle (associé au droit naturel) qui permet d’agir dans l’intérêt personnel sans pour autant attenter à la liberté des autres. Les seuls mandatés le sont, par volontarisme et sans durée précise, dans un but et sur un mandat précis, et il n’existe ainsi nulle forme de domination ni de gouvernement.

    Autorité et anarchie

    Les seuls généraux qu'on doit suivre aux talons. Ce sont les généraux des p'tits soldats de plomb.
    (Georges Brassens)

    Au lieu de mettre en joue quelque vague ennemi. Mieux vaut attendre un peu qu'on le change en ami. (Georges Brassens)

    La musique qui marche au pas, cela ne me regarde pas. (Georges Brassens)

    Les braves gens n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux. (Georges Brassens)

    La seule révolution possible, c'est d'essayer de s'améliorer soi-même, en espérant que les autres fassent la même démarche. Le monde ira mieux alors. (Georges Brassens)

    Je suis anarchiste au point de toujours traverser dans les clous afin de ne pas avoir de problèmes avec la maréchaussée. (Georges Brassens)

    L'anarchisme est d'abord une éthique. (Henri Cartier-Bresson)

     

     « Et l'Aïkibudo, dans tout ça, Sensei André ? - Mais justement, c'est tout ça, bougre de Petit Cloporte inculte et stupide, c'est tout ça ! »

    Autorité et anarchie

     

    Histoire d'un Hakama qui fut blanc 

    6e dan 2F3A 1991

    7e dan FIAB 2011

    2e dan FKSR 1986

    A.照り絵 / 七段 教士 

    mort-de-rire-copie-1.gif

    Oublie tes peines et pense à aimer

    あなたの悩みを忘れて、愛について考える 

    Anata no nayami o wasurete, ai ni tsuite kangaeru

    mort-de-rire

     Merci aux auteurs des articles auxquels j'ai emprunté l'essentiel du contenu de ce texte et 1000 excuses pour avoir omis de noter leurs références...

    « Bonne année 2016Bilan du cours du 13 janvier 2016 »