• 2005 : Lembrun et Montréal, le retour

     

    Le Sensei m'avait promu au 6e dan le 5 mai 1991. C'était une période très active où les stages se multipliaient en France et au Québec. Et la machine se mit à grincer... Jalousies, manœuvres politiques d'un côté, jalousies, mesquineries de l'autre... Je dus me résoudre à abandonner mes amis Québécois, ce qui entraîna pour notre École la perte de 16 clubs. Le climat se détériorait insensiblement. Je cessai d'aller au Temple sur Lot. Je finis par me mettre en retrait de l'Aïkibudo.
    Au crépuscule du XXe siècle, un de mes fidèles stagiaires québécois, Mario, s'efforça de me traquer au fond de ma retraite. Je fus le lointain témoin de la création de la petite Fédération Aïkibudo Québec. Et quand Mario et son équipe émirent le projet d'un festival annuel d'Aïkibudo qui serait inauguré en septembre 2005, il me sollicita, insista malgré mes réticences et finit par me convaincre.
    Ce fut donc l'occasion de mon retour au Temple sur Lot où nous nous sommes retrouvés.

    2005 les retours

    Dans l'avion qui m'emmenait à Montréal, j'ai commencé comme d'habitude à me demander ce qui m'avait pris d'accepter l'invitation de Mario : qu'allais-je donc faire en cette galère ? Le charme du Québec allait heureusement dissiper mon trac. L'accueil chaleureux des Québécois, André-Patrick guide intarissable, Mumu hôtesse aux petits soins et tous les autres que je ne connaissais pas encore, et qui allaient faire fondre encore un peu plus la carapace de glace dont je m'étais revêtu au fil des ans, ont fait de moi un Sensei heureux et choyé !

    2005 : Lembrun et Montréal, le retour

    2005 : Lembrun et Montréal, le retour

    2005 : Lembrun et Montréal, le retour

    2005 : Lembrun et Montréal, le retour


    Qu'en est-il de ce tout premier Aïkibudofest ? J'avais soigneusement enregistré les comptes-rendus parus dans le site de la FAQ et celui de Mario. Les voici.


    COMPTE-RENDU PARU DANS SHUKAIJO, LE SITE DE MARIO PELLETIER

    Aïkibudofest 2005, mission accomplie!!!

    Septembre sera marqué par une grande première, l'Aïkbudofest 2005 sous la direction de maître André Tellier. L'événement se déroulera dans la région d'Asbestos. Pour la plupart des pratiquants c'est la découverte d'un homme très spécial et pour d'autres c'est l'occasion de renouer avec un vieil ami. Nous avons pu apprécier la grande pédagogie de ce maître et surtout apprécier le côté humain émanant de cette personne. Devenant un franc succès, l'Aïkibudofest 2006 est dorénavant attendu avec beaucoup d'intérêt par l'ensemble des pratiquants de la FAQ. Ce mois sera également marqué par l'inscription de plusieurs pratiquants au dojo. On se rappellera des cours de kobudo  où nous avions l'impression d'évoluer dans une boite de sardines. Il demeure que ce début d'année fut riche en inscriptions et surtout avec le retour de la totalité des anciens, le groupe n'a fait qu'augmenter encore une fois.

    Jeudi le 15 septembre s'est amorcé l'ouverture du stage Aïkibudofest 2005 sous la supervision de maître André Tellier 6e dan. L'entraînement a débuté sous une température digne de canicules, et on se serait pratiquement cru à Temple en France tant il faisait chaud !!! Le dynamisme des mouvements et le plaisir de renouer ont fait en sorte que les pratiquants ont monté d'un cran leur travail. Maître Tellier nous a fait comprendre alors que pour progresser, il vaut mieux travailler avec modération en recherchant les détails sous-jacents à ce dernier sans chercher à se centrer uniquement sur la finalité de la technique. L'ermite avait raison, une fois le travail plus coulé et mieux contrôlé, nous étions alors en droit de comprendre toute l'essence de la technique. Nous avons quand même conservé un peu d'énergie pour le reste de la fin de semaine qui restait devant nous. Un petit au revoir et on se retrouve pour le lendemain, mais cette fois à Asbestos pour le reste du programme.. soit encore 10 heures d'entraînement, le tout réparti sur 3 jours.

    Aïkibudofest 2005

    Nous voilà maintenant arrivé à vendredi, le temps de monter la salle, de vérifier les derniers préparatifs, et nous voilà relancé pour une nouvelle pratique. Nous revenons sur le travail de randori en canalisation sur Omoté et Ura Yoko Men Uchi sous l’œil vigilant de maître Tellier. Ce dernier semble maintenant satisfait du rythme de travail qui est plus approprié pour un tel stage. Nous pouvons maintenant commencer à construire ! Les pratiquants mettent en application les précieux conseils qu'il nous offre et le charme continue de s'opérer. Nous avons tous l'impression que quelque chose de magique se produit ! Une fois la pratique terminée, nous retournons dans nos chambres plus que confortables afin de nous reposer et être fin prêt pour la prochaine journée qui nous réserve trois périodes d'entraînement !

    2005 les retours

    Lendemain matin, après un petit déjeuner pris à la cafétéria du site, nous retournons sur le tatami afin d'amorcer une nouvelle journée fort chargée. C'est le sourire aux lèvres que nous reprenons le travail proprement dit. Retour sur le randori de canalisation et plus est, canalisation sur dégagement à partir de te hodoki. À partir du dégagement junte dori, nous étudions différentes applications très particulières qui nous ouvrent la porte et surtout l'esprit sur un travail où les formes de corps sont quelque peu différentes de nos habitudes de travail, sans toutefois s'éloigner de la racine de l'aïkibudo. La canalisation nous ouvre la porte à différentes formes en continuité avec le geste.  Le travail nous force à bien nous centrer (shisei), à rechercher les points de déséquilibre du partenaire et surtout à sentir notre travail afin d'étudier la racine des formes de base.
    Une fois le premier cours de la journée terminée, nous allons dîner. Petite période de repos et ensuite on remet cela avec du kobudo. Sous la direction de Muriel Derogis, nous travaillons différentes formes d'application reliées au Katori Shinto Ryu. La précision du geste et surtout la recherche du travail à l'intérieur des katas sont de mise. Après quelques frappes et quelques mises au point, le travail s'améliore mais encore, faudra-t-il revenir au cours de l'année. À toi Muriel de nous concocter quelques cours d'ici la venue de maître Dubreuil !

    Aïkibudofest 2005 Aïkibudofest 2005

     Le stage monte à  nouveau d'un cran, travail sur Ura Ude Nage et à partir d'une forme de dégagement nous entamons notre troisième pratique de la journée. Poursuite sur un travail en kaeshi Waza, c'est-à-dire, en enchaînement dans le mouvement qui nous amène à une forme de sutemi Soto Maki Komi. Bien entendu, afin de s'adapter à l'ensemble des niveaux, maître Tellier amène une forme de base où tous pourront trouver leur compte. Le travail se poursuit sur l'étude de différents enchaînements mais toujours à partir de la réaction du partenaire qui nous fait ainsi découvrir différentes facettes de l'aïkibudo. C'est là que nous pouvons constater toute la richesse qui se trouve au sein de cet art.
    Même de tout jeunes pratiquants prennent part à ce stage. Qui sait si l'un d'eux ne deviendra-t-il pas un futur cadre technique éventuellement ! Mais pour l'instant restons calmes et revenons sur la fin du stage.

    Aïkibudofest 2005

    Le soir venu, petite fête organisée par le comité d'organisation. Bruno et Sylvain se chargent de l'animation. Tout le groupe se repose pour la dernière journée. On peut déjà sentir un peu de tristesse devant la fin de l'événement qui arrive malheureusement à grand pas !
    Pour conclure, je vais plutôt vous parler de l'ambiance du stage plutôt que du déroulement technique final qui s'en est suivi. Nous avons découvert un homme plus que charmant par l'entremise de maître André Tellier. Sa grande disponibilité à tous les niveaux ainsi que la chaleur qui se dégageait de sa personne a fait en sorte de galvaniser les troupes pour l'amorce de la nouvelle saison de la Fédération Aïkibudo du Québec. Tous les pratiquants ont été unanimes sur ce point, le stage a été une grande réussite et ce n'est pas seulement un maître que nous avons découvert mais bien un ami d'une grande générosité et surtout une personne qui nous manquera d'ici sa prochaine venue... car je suis persuadé qu'il sera de retour parmi nous. Il ne le sait peut-être pas encore, mais telles de petites fourmis, nous reprenons notre travail afin de vous préparer de nouveaux stages.

    2005 les retours

    J'aimerais remercier tous les gens du comité d'organisation qui ont donné un bon coup d'épaule à la concrétisation de ce projet, un peu fou je l'admets, mais combien rassembleur ! Il était évident qu'une fois le tout terminé, après que tous aient récupéré leurs effets, c'est le cœur serré que nous avons salué maître Tellier. Je m'adresse ici aux gens qui ont participé à l'Aïkibudofest 2005, maître Tellier apprécierait grandement que vous puissiez lui transmettre vos commentaires constructifs et personnels sur le déroulement et le contenu du stage. Vous n'avez qu'à m'envoyer vos commentaires et je me chargerai personnellement de les lui transmettre.

    2005 les retours

    D'ici là, nous conserverons de beaux souvenirs et nous pouvons vous affirmer que toute l'équipe se remettra à la tâche sous peu pour l'organisation d'un second stage: l'Aïkibudofest 2006 !!!
    À la prochaine !
    Mario Pelletier


    COMPTE-RENDU PARU DANS LE SITE OFFICIEL DE LA FÉDÉRATION AIKIBUDO QUÉBEC

    Aikibudofest 2005
    Jeudi soir… le stage débute au dojo Anjou sous la direction de Maître André Tellier 6e dan. C’est un premier contact, une découverte pour la plupart des participants. La séance s’amorce dans une chaleur anormale pour la saison. Maître Tellier explique que pour progresser il vaut mieux rechercher les détails sous-jacents à la technique, plutôt que de se fixer uniquement sur sa finalité. Les explications permettent d’aborder un travail plus coulé et mieux contrôlé. Le temps file à une vitesse folle et déjà le moment est venu de se donner rendez-vous le lendemain à Asbestos.
    Vendredi après-midi… le temps d’installer les tatami et de régler les derniers préparatifs, nous voilà fin prêts pour les trois journées de stage au Camp musical d’Asbestos.

    2005 les retours

    Vendredi soir… une étude de canalisation sur omote et ura yoko men uchi donne le rythme de travail. Les pratiquants mettent en application les précieux conseils dispensés par Maître Tellier et le charme s'opère. Le plaisir de participer à cet événement et de travailler ensemble se lit sur les visages souriants.
    Samedi matin… la pratique reprend sous l’œil vigilant de Maître Tellier. Différentes applications sont proposées sur le dégagement de jyunte dori, en continuité avec le geste, qui obligent à bien se centrer tout en recherchant les points de déséquilibre du partenaire.
    Samedi après-midi.. une période consacrée au Kobudo avec un travail sur différentes formes d’application issues du Katori Shinto Ryu. La précision du geste est de mise, cette même précision qui se reflètera tout naturellement dans le travail à mains nues. Retour à l’Aikibudo avec l’approfondissement de certains éducatifs, dont nigiri gaeshi. Puis ce sont les te hodoki sous forme randori et les wa no seishin sous forme d’entrée irimi qui sont travaillés. La séance se termine par un travail de dégagement sur deux saisies simultanées. 

    2005 les retours

    Dimanche matin… Maître Tellier propose un enchaînement dans le mouvement (kaeshi waza) menant à soto maki komi, avec possibilité de contrôle au sol. Puis, il aborde différents enchaînements à partir de la réaction du partenaire, qui permettent d'entrevoir toute la richesse de l’art que nous pratiquons.
    Dimanche après-midi… le dernier cours du stage porte sur des applications issues du tanto no kata et sur l’utilisation du tambo en prolongement de diverses techniques de base. L’emploi d’armes simples en bois, comme le tanto et le tambo, oblige à porter une plus grande attention à l’esquive, au déplacement et à l’exécution du mouvement. C’est l’occasion d’amplifier, d’exagérer… mais ne dit-on pas quand on peut faire grand, on peut faire petit - alors que le contraire n’est pas forcément vrai.
    Tous les participants à l’Aikibudofest 2005 ont découvert en la personne de Maître André Tellier un homme d’une grande patience, disponibilité et générosité… et ils le remercient encore une fois. La grande réussite du stage laisse entrevoir la possibilité de récidiver l’an prochain, pour éventuellement en faire un événement annuel.

    2005 les retours